Kaléïdoplumes 2 : 2010 / 2013


 
PortailAccueilFAQMembresRechercherS'enregistrerConnexionArchives 2008/2009L'arbre kaléïdoLe Blog des kaléïdoplumiensKaléïdoplumes sur Facebook
L'aventure continue sur Kaléïdoplumes 3 

Partagez | 
 

 Nostalgie

Aller en bas 
AuteurMessage
catsoniou
Kalé'reporter
avatar


MessageSujet: Nostalgie   Ven 1 Avr 2011 - 10:31

Semblable à bien d'autres, notre village demeure cependant pour moi, le seul, l'unique à pouvoir déclencher à son approche au creux de l'estomac une émotion sans cesse renouvelée. Pourtant, je ne l'ai habité qu'une courte partie de ma vie, mais sans doute essentielle : l'enfance.

La route qui y conduit n'était pas goudronnée et vous auriez eu quelque difficulté à faire se croiser deux charrettes attelées . Ne parlons pas des voitures : dans ma petite enfance, seul, « l'Albert » possédait une C4 citroen dont la naissance était largement antérieure au début de la seconde guerre mondiale, et à part le personnel soignant humains ou bovins, les véhicules à moteur venant déranger la quiétude des volatiles qui vaquaient à leurs occupations habituelles, essentiellement consacrées à la recherche de complément alimentaire à moins que ce soit d'une cachette susceptible d'échapper aux inévitables importuns arrachant les œufs à leur destinée de futurs poussins, le passage des véhicules tonitruants était quasiment un événement. Je vois encore mon père, attablé pour le repas. Il faisait taire la marmaille : il avait entendu un bruit de moteur, c'était bien une voiture, mais le plus souvent, elle dédaignait le passage par notre paisible village.

Ne croyez pas cependant qu'il ne se passait rien valant d'être signalé. Émergeant du sommeil, j'entendais des pas sous la fenêtre de ma chambre et, selon le bruit produit pas les sabots, je devinais s'il s'agissait du paternel ou de l'Albert car mon père était chaussé de « socques » en bois alors que les galoches au dessus en cuir du voisin produisaient un son plus assourdi. Mieux que le réveil-matin, il y avait là le signe qui devait déclencher le lever matinal sans attendre l'intervention maternelle invitant, sans contestation possible, à quitter, dans les plus brefs délais, le lit douillet. Que ce soit jour d'école ou non, il y avait toujours diverses tâches à accomplir : du printemps à l'automne, garder les vaches afin qu'elles se restaurent sans plus attendre. L'hiver, il s'agissait d'empêcher leur vagabondage intempestif quand on les sortait pour les faire boire dans le grand bac en pierre. Bac qu'il nous appartenait de remplir préalablement grâce à la pompe qui remontait l'eau du puits.

Ces obligations accomplies, on pouvait enfin vaquer à nos obligations : prendre le chemin de l'école ou occuper mains et esprit à des jeux d'enfant. A moins qu'il n'y ait quelque autre tâche qui nous soit commandée par nos patrons, pardon, nos parents.

Il y avait aussi les jours où nous étions réquisitionnés en qualité de commissionnaires.
- Va chez la Marie chercher de la graine de betterave !
Il pouvait s'agir d'un paquet de gris et un cahier de feuilles à cigarettes, ou encore une bouteille de vin blanc.
Mais dans ce cas, on était forcément en aout car le blanc était réservé à la consommation exclusive de Gaston qui allait tenir sa place à la batteuse. Cet homme d'un village voisin était, en sus de son goût pour le vin blanc, le seul à voir précéder son nom de Monsieur : ses aïeux, en leur temps, étaient sans doute des hobereaux du secteur. A part ce respect auquel personne ne dérogeait, il ne restait quasiment plus rien de la splendeur passée, si ce n'est une demeure qui avait un certain style, mais aurait nécessité des travaux d'entretien que Gaston, le propriétaire n'avait pas les moyens de financer...

Cette journée de battage nécessitait un certain remue-ménage, ne serait-ce que pour ne pas faire pâle figure, question bonne chère, auprès de la vingtaine de voisins qui serviraient la batteuse. La bonne cuisine et l'abondance des mets servis s'imposait pour nourrir tout ce monde. Je garde de cette époque révolue le souvenir impérissable du bruit inimitable de la batteuse avalant les gerbes de blé, avec des variances dans le son liées à l'inégalité des poignées qu'il lui était demandé d'avaler. Comme si la batteuse était saisie du hoquet...

Voilà ce qui me vient spontanément à l'esprit au sujet de mon village : des bruits à jamais disparus.
Quant aux habitations, elles ont peu évolué et aucune construction nouvelle n'est venue modifier le paysage. Cependant, chacune des maisons a été rénovée, voire transformée, notamment celle qui m'a vu naitre. Et il n'y a plus aucun paysan parmi les nouveaux habitants.

Si par hasard, vous vous risquez dans ce village, vous ne serez pas interpellés par le bruit de « socques » et galoches. Elles ont disparu du paysage tout comme leurs propriétaires qui voisinent encore dans le cimetière communal que vous apercevrez sur le versant de la colline en face. Et si vous apercevez une belle parcelle de blé, ne revenez pas en aout glaner quelques miettes du festin de battage, ou partager un verre de blanc avec Gaston. Autour de la moissonneuse-batteuse, un tracteur et une trémie recueilleront le grain et la paille sera enserrée dans une grosse boule sans qu'il soit nécessaire aux conducteurs d'engins de mettre quasiment pied à terre.

Il n'y a donc pas lieu de sacrifier poules et coqs pour nourrir tout ce que le village et les hameaux proches comptaient en hommes capables de tenir une fourche pour monter un joli « pailler » ou porter hardiment son sac de blé sur l'épaule. D'ailleurs, même les poules errantes ont elles aussi disparu du chemin et des basse-cours du hameau… Et ce n'est plus un chemin qui mène au village, mais une banale route goudronnée qui se sentirait sans doute déshonorée de supporter une paire de vaches attelées à une charrette.

Quand à la graine de betterave et au paquet de gris, il n'y a plus l'épicerie de la Marie pour vous en délivrer. Normal tout ça ! Autres temps, autre mœurs : les cochons ne sont plus là pour manger les betteraves qui ne les engraisseraient pas assez vite et, fumer du gris, rouler sa cigarette, c'est complètement démodé.

Je voulais vous décrire un village et je ne vous ai causé que de bruits disparus . C'est peut-être cela la nostalgie ?
Revenir en haut Aller en bas
catsoniou
Kalé'reporter
avatar


MessageSujet: Re: Nostalgie   Ven 1 Avr 2011 - 10:40

Pourquoi ce texte ?
Bonne question !
Sans doute parce que parmi les sujets de mon marathon 2011, il est celui qui se suffit le mieux à lui tout seul , et puis, il y a des moments où la nostalgie est de mise . C'est peut-être le cas en ce moment ... en tout cas pour moi .

PS. Ne croyez pas que l'hésitation prévalait dans le choix des textes , justifiant ainsi l'attente au vendredi .
Non, pas du tout : j'en étais à tester les services spécialisés d'une clinique pour une opération pas très méchante ... Je me demande par ailleurs, si mes impressions à ce sujet et d'autres qui se sont déroulés depuis une semaine, ne vaudraient pas une installation devant le clavier afin d'y jeter pèle-mèle mon ressenti ...
Mais peut-être vais-je vous lasser par mes états d'âme ?
Revenir en haut Aller en bas
Amanda
Modératrice
avatar


MessageSujet: Re: Nostalgie   Ven 1 Avr 2011 - 17:01

Non Catsoniou, tu ne vas pas nous lasser !
Ici chacun est libre de se livrer un peu, beaucoup ou pas du tout...
Les textes privés sont faits pour cela.

Mais de tout coeur, j'espère que tout ira bien pour toi question santé. flower

Question écriture,tu ne t'en tires pas trop mal j'aime beaucoup ton texte, pas nostalgique au contraire et tu fais bien de nous le " sonoriser" en quelque sorte !

Allez, n'hésite pas à nous raconter ! Tes amis kalé*idoplumiens sont avec toi ! sunny
Revenir en haut Aller en bas
catsoniou
Kalé'reporter
avatar


MessageSujet: Re: Nostalgie   Ven 1 Avr 2011 - 17:06

Merci Amanda ...

Il y a des moments comme ça où l'on apprécie un encouragement , notamment quand le doute vous gagne . bisou
Revenir en haut Aller en bas
trainmusical
Festoyeur
avatar


MessageSujet: Re: Nostalgie   Ven 1 Avr 2011 - 18:29

Revenir en haut Aller en bas
pati
Modératrice
avatar


MessageSujet: Re: Nostalgie   Ven 1 Avr 2011 - 20:28

pensées amicales, pour ton séjour hospitalier, cats Smile j'espère que tu nous reviendras bientôt, en pleine forme bisou

_________________
ne jamais dire jamais
Revenir en haut Aller en bas
sol-eille
Maîtrise le sujet
avatar


MessageSujet: Re: Nostalgie   Dim 3 Avr 2011 - 17:06

porte toi bien cats ! bon rétablissement...
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Nostalgie   Mar 5 Avr 2011 - 0:09

Magnifique texte que tu déposes ici!
Je ne suis pas étonnée, tant tu as l'amour de ton terroir chevillé au corps.
Je te comprends, ce pays que tu racontes est très proche du mien. IL est des terres qui ont une âme plus envoûtante que d'autres...
Je te souhaite un bon et rapide rétablissement.
Et si les mots t'aident à passer ce mauvais cap, qu'il en soit ainsi Smile

_________________
Admi.....ratrice de vos mots!
Revenir en haut Aller en bas
catsoniou
Kalé'reporter
avatar


MessageSujet: Re: Nostalgie   Mar 5 Avr 2011 - 20:08

Merci de vos coms ...
Comme vous le constatez, je suis de retour. Avec une expérience nouvelle* dont je me serais bien passé , et la Sécu itou qui devra rembourser les frais engagés . Je culpabilise lol!

* j'avais fait un séjour en milieu hospitalier dans mon "jeune temps" : 1953 ...
Revenir en haut Aller en bas
Amanda
Modératrice
avatar


MessageSujet: Re: Nostalgie   Mar 5 Avr 2011 - 20:30

Tout va bien, alors ! Chouette ! flower
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nostalgie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nostalgie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nostalgie
» Nostalgie
» LA NOSTALGIE DE L'ANGE
» Nostalgie
» La nostalgie de l'ange

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kaléïdoplumes 2 : 2010 / 2013 :: -- ESPACE ECRITURE -- :: Ecriture sur consigne :: Consigne 163-
Sauter vers: