Kaléïdoplumes 2 : 2010 / 2013


 
PortailAccueilFAQMembresRechercherS'enregistrerConnexionArchives 2008/2009L'arbre kaléïdoLe Blog des kaléïdoplumiensKaléïdoplumes sur Facebook
L'aventure continue sur Kaléïdoplumes 3 

Partagez | 
 

 Plouf !

Aller en bas 
AuteurMessage
Jean Pierre 19
Maîtrise le sujet
avatar


MessageSujet: Plouf !   Mer 24 Oct 2012 - 15:40

Plouf !

Onze années me séparant de ma sœur aînée – la guerre et la captivité avaient passé par là !-, nous n’avons jamais pu partager nos jeux d’enfants.
A l’âge de la communale, j’ai donc été un garçon solitaire, la plupart de mes camarades de classe – contrairement à moi dont la maison se situait à moins de cent mètres de l’école – habitant dans des hameaux disséminés au cœur de la campagne environnante.
Pour dire la vérité, il y avait bien un autre garçon de mon âge dans le bourg. Mais nos jeux débouchant invariablement sur des querelles de chiffonniers, agrémentées de quelques horions bien sentis, nos familles respectives avaient rapidement mis un terme à ces belliqueuses rencontres !
Du reste, je m’en accommodai fort bien car la solitude ne n’effrayait pas. Une fois ma porte franchie, la nature m’ouvrait les siennes et je n’avais plus qu’à en profiter à satiété.
Je n’évoquerai pas ici la grimpe aux arbres, la traque des nids et l’usage immodéré du lance-pierres, ou bien encore la garde des vaches ou les travaux des champs… Mon propos est de vous entretenir de l’eau. Non pas celle du robinet qui n’avait pas encore fait son apparition dans nos demeures mais celle qui se trouvait à l’extérieur, l’eau en liberté en somme…
Du plus loin qu’il m’en souvienne, j’ai toujours eu avec cette dernière des rapports disons… fusionnels ! Ce qui en clair signifie que je ne pouvais rencontrer une flaque de la dernière pluie sans avoir la tentation d’y patauger d’abondance, une «serbe* » ou un ruisseau sans finir par tomber dedans, de préférence tout habillé. Dès ma première rencontre avec une mare fangeuse à souhait, j’y laissai carrément mes chaussures et les bas de laine tricotés par ma grand-mère. Je rentrai piteusement pieds nus sur le mauvais chemin, jaugeant dans ma tête de jeune écervelé la qualité de la réception qui m’attendait. Sur ce plan-là, je ne fus pas déçu !
Cette douloureuse histoire n’ayant laissé que des remords à la peau rougie de mes fesses, je m’entêtai dans ma conquête du milieu aquatique… Je me remis à fréquenter assidûment tous les étangs et ruisseaux des environs, observant le manège des rainettes dans les roseaux, construisant de prodigieux barrages de cailloux et de terre que l’eau prisonnière ne tardait pas à emporter à mon grand désespoir, glanant dans une fontaine perdue à la lisière de la forêt quelques poignées de ce cresson sauvage, dont je n’ai jamais retrouvé la saveur puissante dans le fade ersatz présent aux étals des marchés.
Mais celle qui continuait de m’attirer tel un aimant, c’était la rivière, vive et babillarde, qui sinuait au pied de la colline. Elle se fit longtemps désirer par suite d’un veto familial nourri de mes « désastres » passés, veto que je n’eus tout de même pas l’audace de contourner.
Vers ma huitième année, mon père entreprit de m’en livrer les secrets et dès lors, j’allai la retrouver aussi souvent que je le pouvais. Hélas, la réclusion de l’internat vint y mettre un bémol, mais dès les premiers jours de vacances, juché sur l’antique vélo de la mère, il fallait voir avec quelle célérité je dévalais la pente qui conduisait à nos retrouvailles…
Elle m’attendait sagement, déroulant son fil d’argent, le long des rives tapissées de vergnes*. C’est là, dans la digue de retenue du Moulin du Pré que je coulai mes premières brasses dans une eau délicieusement fraîche, aidé en cela par une vieille chambre à air dûment réparée par les doigts agiles de mon père. C’est là que je passai des heures à taquiner le goujon, ce petit lutin barbichu de nos eaux claires. C’est là que je débusquai mes premiers cèpes, bronzes noirs au revers d’une touffe de fougères, sous les chênes de bordure… C’est là que j’écrivis sans le savoir les plus belles pages de mon enfance…
A l’âge des cheveux blancs et des souvenirs fous qui affluent en masse, j’en arrive à me demander si mes petits-enfants, abreuvés de nouvelles technologies, auront un jour le privilège de retourner vers les racines de leur lointaine ascendance paysanne… Et si oui, si je serai encore là pour leur raconter mes « aventures » de jeune garçon intrépide et pour procéder à leur initiation campagnarde ?...

Une serbe est en patois limousin une mare convenablement entretenue. Elle servait selon le cas à abreuver les troupeaux, à irriguer grâce à un ingénieux système de rigoles les près en contrebas et aux femmes à laver le linge, agenouillées au bord de larges pierres plates qui s’inclinaient vers l’eau.

Le vergne
est le nom limousin de l’aulne glutineux.



L’eau éternelle de la rivière de mon enfance jase toujours le long des rives…


Dernière édition par Jean Pierre 19 le Mer 24 Oct 2012 - 16:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Plouf !   Mer 24 Oct 2012 - 16:36

Les odeurs et mes propres jeux remontent à la surface de mes souvenirs en te lisant.
J'espère un jour avoir l'occasion de faire découvrir à mes futurs petits-enfants ces simples jeux, loin de toutes ces nouvelles technologies qui enlèvent aux petits et aux grands le plaisir d'imaginer, avec un simple bout de bois, un épi de maïs ou quelques cailloux tout un monde sans artifice, mais plein de poésie.
Très bon moment de lecture bravo

_________________
Admi.....ratrice de vos mots!
Revenir en haut Aller en bas
Jean Pierre 19
Maîtrise le sujet
avatar


MessageSujet: Re: Plouf !   Mer 24 Oct 2012 - 16:47

Comme tu as raison et comme je voudrais que cela se passe ainsi ! Hélas, emportés par le trop-plein de cadeaux et de jeux qui ne vont guère plus loin que l'effeuillage du papier qui les recouvre, par la frénésie du monde actuel, par la course éperdue vers on ne sait trop quoi... que feront-ils ou plutôt que pourront-ils faire ?
Allez ! En cette lumineuse après-midi d'arrière-saison, j'ai envie d'être optimiste... Le terreau qui a conservé le souvenir intact de nos racines les attendra bien encore un peu ! flower
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Plouf !   Mer 24 Oct 2012 - 16:52

Tout n'est peut-être pas encore perdu.
Pour preuve, en cette belle après-midi ensoleillée, mes 2 petits voisins de 2 et 5 ans (et oui, je vais les chercher à côté vu que mes enfants sont grands et que je n'ai pas encore de petits-enfants) sont venus passer 2 heures chez moi, pour le plaisir . Nous avons feuilleté des livres avec le plus petit, de vieux livres d'images de ma propre enfance, puis nous avons fait une longue partie de cache-cache, et nous avons ri, ri....... Puis nous avons fait des dessins sur une simple feuille de papier et avec des crayons de couleur (oui! ça existe encore!!!!!)
Non, tout n'est peut-être pas perdu sunny

_________________
Admi.....ratrice de vos mots!


Dernière édition par Admin le Mer 24 Oct 2012 - 18:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amanda
Modératrice
avatar


MessageSujet: Re: Plouf !   Mer 24 Oct 2012 - 18:16

Mais non, tout n'est pas perdu ! Si tu m'invites avec mes petits hommes, tu les verras plonger avec délice dans ta rivière, construire des petits barrages avec des cailloux ou des grosses pierres et si tu veux les initier à la pêche, ils ne diront pas "non".
Dans l'eau, ils sont dans leur élément, chien compris !
Expériencve vécue dan le " Toulourenc" cette année ![img][/img]
Revenir en haut Aller en bas
Silhène
Maîtrise le sujet
avatar


MessageSujet: Re: Plouf !   Mer 24 Oct 2012 - 20:47

Ton texte me plonge avec bonheur dans ces moments idéaux et heureux
Bah oui, je suis de l'avis d'Amanda et d'Admin : ton monde de gamin existe encore Smile
Une fois qu'on leur montre un petit bout du chemin de ces merveilles, le plus dur est fait
C'est sûr, il est plus "facile" de les laisser tout une journée devant la TV ou l'ordi, ce qu'ils aiment, mais une fois que tu arrives à les décrocher de leur quotidien pour leur apprendre les ricochets dans le gave ou le ricanement des canards, ils s'éclatent et sont heureux, tout simplement. Et ce sont de beaux moments, alors, prépare toi à les vivre !

flower
Revenir en haut Aller en bas
Charlotte
Maîtrise le sujet
avatar


MessageSujet: Re: Plouf !   Jeu 25 Oct 2012 - 16:55

C'est superbement écrit. Plein de douceur devant les splendeurs de la nature que tu détailles sijoliment. J'aimerais bien venir chez toi et t'écouter me raconter le pays de ton enfance.
Revenir en haut Aller en bas
Midwinter
Occupe le terrain
avatar


MessageSujet: Re: Plouf !   Lun 5 Nov 2012 - 16:56

Ton texte me fait penser aux nombreuses rivières sur lesquelles je suis passée... Un petit barrage par-ci, un peu de land art par-là, une partie de pêche aux tétards...

Excellent texte, bravo mille fois quel talent !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Plouf !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Plouf !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PLOUF & PLUME.
» plouf dans la mousse
» Est plouf !!!
» PLOUF, SPLAT ! de Rob Scotton
» PLOUF et SPLAF

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kaléïdoplumes 2 : 2010 / 2013 :: -- ESPACE ECRITURE -- :: Ecriture sur consigne :: Consigne 229-
Sauter vers: