Kaléïdoplumes 2 : 2010 / 2013


 
PortailAccueilFAQMembresRechercherS'enregistrerConnexionArchives 2008/2009L'arbre kaléïdoLe Blog des kaléïdoplumiensKaléïdoplumes sur Facebook
L'aventure continue sur Kaléïdoplumes 3 

Partagez | 
 

 Jamais bon coq...

Aller en bas 
AuteurMessage
catsoniou
Kalé'reporter
avatar


MessageSujet: Jamais bon coq...   Mar 30 Oct 2012 - 8:05

- Bandes de bestiasses ! Vous n'avez jamais vu un coq ? Qu'a-t-il de plus que moi ?

- C'est à dire, mon Coco, sans vouloir t'offenser, file devant un miroir et s'envoleront tes illusions comme plumes au vent... ose Blanchette la favorite.

- Soyons clairs, moi, le coq du village qu'envient tous les poulaillers de la commune, le plus beau, une voix de stentor, une vaillance à toute épreuve et le meilleur défenseur dont peuvent rêver toutes poules honnêtes. Que pèse à côté de mes incomparables qualités, ce petit freluquet ?

- Je ne dis pas que la saison dernière, encore, tu remplissais ton office de fort belle manière, mais l'âge venant, tu deviens … rétorque d'un ton hésitant la Noirette.

- Un coq en pâte ! Voilà ce que tu es devenu. Et sans arrêt, tu sautes du coq à l'âne. Bref, avec toi, on ne risque pas de contracter la chair de poule ! Renchérit First Lady, la cocotte qui mérite bien son nom .

- Dis donc, First Lady, nous savons tous ici que tes origines anglo-saxonnes t'autorisent une certaine distinction, mais je ne comprends rien à ton caquetage s'indigne, non sans avoir proféré un cocorico retentissant, le Coco contesté par sa cour. Veuillez cesser de causer par métaphores !

- « Jamais bon coq n'a été gras », l'aurais-tu oublié ? Or, quand tu te dandines, on dirait la Sidonie, l'oie la plus grasse du parc. Nul, plus que toi n'a mérité le sobriquet de coq en pâte, empaté, devrait-on dire, claironne Chouquette l'effrontée.

- Quant à ton office essentiel, parlons-en ! Sauter du coq à l'âne, je maitrise mal cette expression, mais en matière de saut de poules, à peine as-tu commencé ta cour à une d'entre nous que tu passes à la voisine, laissant en plan le chantier entamé. Foi de Vénus, il y a au moins deux lunes que tu ne m'as pas rendu les honneurs qui me sont dus, cocotte qui s'en dédit ! Caquète la poularde bien en chair.

- Ne te plains pas, Vénus, ma jolie ! Le Coco, il ne me donne pas la chair de poule quand je le vois s'approcher, l'oeil brillant d'un désir irrépressible. En guise de plaisir, il laisse dans ma chair l'empreinte sanguinolente de ses ergots affutés comme des couteaux, confesse Darling la nymphomane.

- Le couteau ! Le mot est lâché, s'exclame Cocotte, spécialiste du poulailler en matière de mets raffinés. Te voilà effaré devant nos récriminations comme une poule qui a trouvé un couteau. Et si je veux, je peux en remettre une couche sur tes insuffisances, mon pauvre Coco !

- Quoi donc encore ? Ne t'ai-je point honoré deux fois depuis le lever du soleil ?

- Oui-da, mais non sans avoir auparavant du superbe ver que j'avais débusqué et de la feuille de salade tombée du ciel, fait tes choux gras. Un vrai mac', un profiteur, v'là ce que t'es devenu, tranche Cocotte la sentencieuse !

- Cocorico ! Cocoricoooooo ! Quelle est donc l'origine de votre courroux, mes jolies ? Votre Coco donnerait-il des signes de faiblesse ? N'ayez crainte, je suis là maintenant, rassure Roméo le magnifique, jeune coq arrivé en ces lieux, la veille au soir. Voyez mon plumage, entendez mon ramage, à volonté, testez ma vaillance.
Quant à toi, vieux Coco, garde-toi bien de me chatouiller de près ou de loin si tu ne veux point finir en capilotade. Désormais, le rassembleur de ce poulailler, c'est moi, Roméo, ici présent, et nul ne saurait me contester ce rôle de danseur étoile, chanteur émérite, chevalier servant de ces dames, n'est-ce pas, mes chéries ?

- Bien dit ! Cot - cot - cot - , la vie est belle, et olé pour notre Roméo !!! s'extasie le choeur des poules énamourées.

- Me prendrais-tu pour une poule mouillée ? A la loyale, nous allons régler le litige, Monsieur le freluquet , glapit le vieux coq déchu.

Il fallait un vainqueur, le vaincu dut s'incliner : les ultimes plumes de son panache trainant au sol comme des épaves, la crête disloquée sous la violence du choc, l'aile pendante, la patte du côté opposé repliée sous son corps replet, notre Coco, tout penaud n'opposa aucune résistance à l'attaque du fermier qui d'un oeil d'expert, jaugea le pauvre volatile :

- Un coq au vin ! La patronne va être contente... Voilà qui va bien agrémenter notre repas dominical !

Et les poules ingrates de proclamer : le roi est mort, Vive le Roi !!!

Revenir en haut Aller en bas
Jean Pierre 19
Maîtrise le sujet
avatar


MessageSujet: Re: Jamais bon coq...   Mar 30 Oct 2012 - 9:19

Et dansent les phrases et valsent les expressions ! C'est la gigue des mots au poulailler de Cats ! Belle envolée que voilà ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Jamais bon coq...   Mar 30 Oct 2012 - 9:33

Pourquoi finir sur la mise à mort du coq déchu? Ce n'était pas indispensable Ton texte était amusant tout du long, et la fin m'a déçu!
Cette phrase me paraît trop longue pour la tourner ainsi
Citation :
- Oui-da, mais non sans avoir auparavant du superbe ver que j'avais débusqué et de la feuille de salade tombée du ciel, fait tes choux gras.
J'ai du la relire plusieurs fois pour trouver le groupe verbal.

Il me semble que c'est plus clair en l'écrivant ainsi:

Citation :
- Oui-da, mais non sans avoir auparavant fait tes choux gras du superbe ver que j'avais débusqué et de la feuille de salade tombée du ciel.

Pour le reste, très joli texte, bien enlevé, un bon moment de lecture sunny

_________________
Admi.....ratrice de vos mots!
Revenir en haut Aller en bas
Amanda
Modératrice
avatar


MessageSujet: Re: Jamais bon coq...   Mar 30 Oct 2012 - 16:01

Eh ben, même dans le poulailler il faut du sang neuf ! Smile

Dis-moi Cats, tes poules, elles seraient pas un brin obsédées sexcuelles ? sifflotte

Ca n'existe pas du Viagra pour coq ? Je vais aller demander à Monsieur Google car moi aussi je trouve le coq au vin trop triste. C'est indigeste affraid
Mais j'ai bien ri quand même bravo!
Revenir en haut Aller en bas
Nerwen
Modératrice
avatar


MessageSujet: Re: Jamais bon coq...   Mar 30 Oct 2012 - 16:52

En effet, quelle triste fin pour un si vaillant coq Sad . Il est vrai que c'est souvent le sort qui l'attend quand il a cessé de remplir correctement sa tâche, les hommes et les poules sont ingrats aussi dans la vraie vie.
J'ai bien aimé ton texte émaillé de toutes ces expressions dont tu as le secret bravo!
Revenir en haut Aller en bas
madeleinedeproust
Maîtrise le sujet
avatar


MessageSujet: Re: Jamais bon coq...   Mar 30 Oct 2012 - 19:00

M'enfin ce sont de vrais chauds lapins toutes ces poules! mort de rire
Dommage pour la mort finale du coq!
Revenir en haut Aller en bas
alainx
Kalé'reporter
avatar


MessageSujet: Re: Jamais bon coq...   Mer 31 Oct 2012 - 9:28

Bel exploit de tenter tout cela en dialogues.
pas facile les dialogues !
J'ai bien aimé combien c'était truffé d'expressions populaires ou catsoniouesques !
on aurait dit des dialogues à la Shakespeare !

Pour la fin : j'aurais volontiers fait triompher le vieux coq !
et fait passer Roméo à la casserole…
bounce
Revenir en haut Aller en bas
Silhène
Maîtrise le sujet
avatar


MessageSujet: Re: Jamais bon coq...   Mer 31 Oct 2012 - 19:37

Les ingrates se rebellent contre le pauvre coq démodé et fatigué, quelle misère !

Mais quel festival de bons mots ! lol!
Revenir en haut Aller en bas
catsoniou
Kalé'reporter
avatar


MessageSujet: Re: Jamais bon coq...   Mer 31 Oct 2012 - 21:23

Citation :
les hommes et les poules sont ingrats aussi dans la vraie vie.

Ce com de Nerwen situe l'esprit qui m'animait en écrivant ce sujet. Depuis dix ans, j'observe le comportement de mes volatiles et si les dialogues sont entièrement farfelus, la cruauté des poules est incontestable, je dirais même terrifiante. Tout animal blessé est pourchassé par ses congénères jusqu'à ce que mort s'ensuive. D'où l'intervention du fermier qui n'est pas pire que le lynchage...

Quant à l'inversion des mots dans une phrase par rapport au verbe, elle est destinée à mettre en avant le fait essentiel : la trouvaille d'un ver et la feuille de salade offerte depuis le potager voisin, ensuite le comportement anormal du coq de mon sujet.

J'avoue m'être inspiré (à contrario) des conseils de :
http://www.bresse-gauloise.org/pageID_7034503.html

Quant au coq au vin, accompagnez le donc de tourtous ou de miques dont je peux vous fournir la recette !

Merci de vos coms flower
Revenir en haut Aller en bas
Charlotte
Maîtrise le sujet
avatar


MessageSujet: Re: Jamais bon coq...   Jeu 1 Nov 2012 - 13:33

Quand le verbe se fait chair de poule cela devient excellence.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jamais bon coq...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jamais bon coq...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Maricourt, Thierry] Ceux qui ne mentent jamais
» [Marr, Melissa] Ne jamais tomber amoureuse
» Nous ne serons jamais des héros de Jouvray et F/G Salsedo
» Mieux vaut tard que jamais!
» Jamais sans ma Jeager. Chronique d'un sauvetage.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kaléïdoplumes 2 : 2010 / 2013 :: -- ESPACE ECRITURE -- :: Ecriture sur consigne :: Consigne 230-
Sauter vers: