Kaléïdoplumes 2 : 2010 / 2013


 
PortailAccueilFAQMembresRechercherS'enregistrerConnexionArchives 2008/2009L'arbre kaléïdoLe Blog des kaléïdoplumiensKaléïdoplumes sur Facebook
L'aventure continue sur Kaléïdoplumes 3 

Partagez | 
 

 Très chère Grand-Mère...

Aller en bas 
AuteurMessage
Nerwen
Modératrice
avatar


MessageSujet: Très chère Grand-Mère...   Ven 15 Fév 2013 - 20:02

Très chère Grand-Mère,
Nous embarquons dans quelques heures et on nous a donné l’opportunité d’écrire une dernière fois à nos proches. Voilà donc la dernière lettre que je vous écrirai avant de quitter Cobh. Mais rassurez-vous, ce n’est que la première d’une longue série puisque vous m’avez fait promettre de vous conter notre traversée par le menu en essayant d’oublier toute ma tristesse pour n’envisager que le bon côté de ce départ et la nouvelle vie qui s’ouvre devant nous.
Vous, Grand-Mère vous savez très bien cacher votre peine et je vous suis reconnaissante d’avoir, jusqu’aux derniers moments, gardé votre lumineux sourire et votre optimisme, même si je sais qu’au fond de vous, vous aviez le cœur brisé.
Je vous vois déjà faire les gros yeux, alors je ne m’étendrai pas plus sur les regrets et l’appréhension qui m’étreignent aujourd’hui. Le SS Nevada est à quai depuis quelques jours et figurez-vous qu’Anthony a déjà trouvé le moyen de se lier avec un jeune officier qui, devant son exubérante curiosité lui a fait visiter le navire et a essayé de répondre à ses innombrables questions. Le soir, à table, Anthony a été intarissable sur le sujet : aménagements, caractéristiques techniques, le SS Nevada n’a plus de secret pour lui ! Nous connaissons maintenant sa vitesse, son tonnage et nous savons qu’il nous faudra douze jours pour faire la traversée — j’espère ne pas avoir le mal de mer ! — Philip était béat d’admiration devant les connaissances toutes neuves de son frère. Anthony assure qu’il veut être marin !
Que vous dirais-je encore ? Nous voyagerons en « steerage class » c'est-à-dire dans une grande salle de l’entrepont où nous serons réunis avec plus d’une centaine d’émigrants. Ce doit être assez pénible toute cette promiscuité, mais les conditions sanitaires se sont améliorées depuis l’époque de la Grande Famine et des premiers émigrants. Anthony sait que nous aurons, de temps en temps, le droit de monter sur le pont pour prendre l’air et admirer l’Océan. Ces rares sorties nous permettront d’attendre le grand jour, celui de l’arrivée à Ellis Island. Ce centre pour migrants vient juste d’ouvrir ses portes et nous serons sans doute les premiers à y débarquer. Je ne sais pas si papa pourra venir nous y accueillir, il semble y avoir plusieurs formalités à remplir avant de pouvoir poser le pied sur notre nouvelle patrie. En lisant ces mots, je sais que vous avez levé un sourcil soupçonneux, n’ayez crainte l’Irlande sera toujours ma seule patrie et elle restera à jamais dans mon cœur.
C’est un grand réconfort pour moi de savoir que nos chers parents nous attendent impatiemment de l’autre côté de l’Océan. New-York semble leur avoir été propice puisqu’ils y ont tous deux trouvé du travail. Papa a inscrits Anthony et Philip dans une école pour qu’ils puissent apprendre rapidement un anglais correct, il dit qu’il faut réserver la gaëlique aux réunions de famille. Mon rêve serait d’aller moi aussi dans une école, mais je sais que pour l’instant c’est impossible. Comme elle nous le disait dans sa dernière lettre, maman, espère que je pourrai travailler avec elle dans la blanchisserie qui l’emploie. C’est un travail pénible, mais comme vous le savez, je suis courageuse et solide et je souhaite pouvoir participer aux frais d’éducation de mes frères.
Demain, quand je verrai s’éloigner les côtes de notre chère Irlande, je penserai très fort à vous et je ne crois pas pouvoir, malgré ma promesse, retenir mes larmes. Larmes du regret de ne pas vous serrer dans mes bras pour vous dire toute ma tendresse et mon amour mais aussi larmes d’espoir à l’aube d’une nouvelle vie.
Au revoir, chère Grand-Mère, je prie Dieu de vous avoir en sa Sainte Garde.
Votre petite fille qui vous aime
Annie
PS Pouvez-vous assurer mon amie Molly de toute mon amitié, elle qui n’a pas la chance de partir vers une existence que nous espérons meilleure. Je lui écrirai aussitôt arrivée à New York.
Revenir en haut Aller en bas
Lunasolare
Maîtrise le sujet
avatar


MessageSujet: Re: Très chère Grand-Mère...   Ven 15 Fév 2013 - 23:36

Un très beau texte Nerwen : comment tout faire pour rassurer la Grand-mère et contrer ses remarques tout en n'étant pas si sûr de soi. Mais aussi le sacrifice de la grande soeur pour le bonheur de ses frères...

Ce que j'aime bien dans ton texte c'est l'originalité dans ta façon de traiter le caractère de Annie : les espoirs liés à l'immigration concernent ses frères et c'est avant tout pour eux qu'elle fait ça.

bravo
Revenir en haut Aller en bas
catsoniou
Kalé'reporter
avatar


MessageSujet: Re: Très chère Grand-Mère...   Sam 16 Fév 2013 - 8:44

Annie se comporte déjà comme une mère et cela laisse présager quelle sera sa dure vie là-bas de l'autre côté de l'océan ... Les garçons inscrits dans une école pour y préparer un avenir alors que la fille rejoint sa mère au dur labeur de la blanchisserie, c'est aussi le reflet d'une dure réalité du XiXème siècle ...

salut bas
Revenir en haut Aller en bas
ESCANDELIA
Kalé'reporter
avatar


MessageSujet: Re: Très chère Grand-Mère...   Sam 16 Fév 2013 - 9:02

un récit autobiographique de la vie d'Annie Moore , on en rêvait, Nerwen nous l'offre ! salut bas
Revenir en haut Aller en bas
Eva-Alix
Maîtrise le sujet
avatar


MessageSujet: Re: Très chère Grand-Mère...   Lun 25 Fév 2013 - 16:29

une lettre toute en retenue et pudeur malgré l'émotion qui perle.
belle réalisation
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Très chère Grand-Mère...   Lun 25 Fév 2013 - 17:08

C'est une lettre magnifique Nerwen.
J'ai failli passer à côté de ta consigne. Cela aurait été fort dommage tant je l'ai aimée!
salut bas

_________________
Admi.....ratrice de vos mots!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Très chère Grand-Mère...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Très chère Grand-Mère...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Barjavel, René] Le grand secret
» Pierre Clostermann : Le grand cirque
» transport carton a dessin grand format
» Un bon café avec une machine grand public... possible?
» [Editions] Grand Damier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kaléïdoplumes 2 : 2010 / 2013 :: -- ESPACE ECRITURE -- :: Ecriture sur consigne :: Consigne 242-
Sauter vers: