Kaléïdoplumes 2 : 2010 / 2013


 
PortailAccueilFAQMembresRechercherS'enregistrerConnexionArchives 2008/2009L'arbre kaléïdoLe Blog des kaléïdoplumiensKaléïdoplumes sur Facebook
L'aventure continue sur Kaléïdoplumes 3 

Partagez | 
 

 Ambuvili

Aller en bas 
AuteurMessage
kz
Kalé'reporter
avatar


MessageSujet: Ambuvili   Mer 3 Avr 2013 - 13:30

Le couloir d’entrée est impressionnant, vide ; il doit bien faire 2,5 mètres de large. De chaque côté, des murs en béton, bruts de décoffrage.

Au sol un carrelage composé de très grands carrés grège, d’un mètre sur un mètre, donne à l’ensemble une dimension apaisée comme si l’on se trouvait dans le sas d’entrée de quelque monastère ayant épousé son temps.

Je suis bien. Oui, peut-être un monastère, en tous cas, un endroit propice au recueillement. Je suis touché par la sobriété de la construction ; apaisé.

Je suis arrivé ici un peu par hasard ; le couloir par lequel j’avais pénétré était ouvert sur l’extérieur, on pouvait entrer, simplement.

Je m’avançais de quelques pas. Je restai silencieux toujours sensible au calme du lieu. Près du mur, deux hommes étaient assis sur un banc rudimentaire, en bois. L’un regardait la fenêtre tandis que l’autre, tout à côté de lui, examinait son coude. Je poursuivis mon exploration sur la droite où, un peu plus loin, une pièce plus grande et très lumineuse était occupée par deux autres personnes, assises, elles aussi, sur un banc contre la paroi en bois clair d’un escalier.

Mon regard fut tout de suite attiré par une immense affiche, grande comme ces panneaux qu’on voit au bord des autoroutes. On y voyait, sur une dalle uniformément orangée, une femme métisse, allongée, intégralement nue. Son corps légèrement bronzé – on devinait les marques du maillot qu’elle avait porté – se coulait dans le coloris ocre de l’affiche.

Le corps était charpenté, ni franchement beau, ni particulièrement laid. Les cheveux noirs abondants et épais, les sourcils marqués et le pubis sombre soulignaient la dimension impudique mais non obscène de cette image qui choquait plus par la violence crue qui s’en dégageait que par la sensualité que le photographe aurait pu y mettre.

Le visage de la femme était sans expression. Je restai là un instant et fus pris tout d’un coup, d’un sentiment d’angoisse. Je me sentis comme un homard pris dans sa nasse.

Me retournant, je vis tous les personnages que j’avais croisés en arrivant. Ils étaient debout devant moi. Ils portaient un vêtement identique en toile écru : un pantalon, une veste souple boutonnée jusqu’au cou, et sur la tête une sorte de turban. Ils étaient en demi-cercle devant moi et me regardaient en silence.

Tout d’un coup, ils s’écartèrent pour laisser s’approcher une femme que je reconnus immédiatement comme étant celle de la photo. Le visage était tout aussi inexpressif. Elle s’avança vers moi et me tendit un rouleau de parchemin entouré d’un ruban safran que je déroulai pour y lire le texte qui y était écrit :

« Vous avez dépassé la Frontière et êtes de ce fait assigné à résidence ici, dans le cadre du quota de deux mille deux cent cinq mots qui vous est attribué. Au-delà, vous serez éliminé. Ne cherchez pas à sortir, vous y perdriez la vie.

Signé : Ambuvili, Reine ».

Au début, le mutisme ambiant ne me pesa pas. Encore une fois, le lieu ne manquait pas de beauté et le silence en lui-même ne me faisait pas peur. Non, ce qui m’intriguait vraiment, c’était de savoir si la menace de mort était réelle ou totalement imaginaire, si tout ceci n’était qu’un canular, si je rêvais éveillé ou si au contraire j’étais confronté à une situation absurde dont je n’avais pas encore pris la dimension dramatique.

Je le sus rapidement lorsqu’un des personnages, invitant les autres à le suivre, se dirigea vers l’entrée du bunker et se retournant dit à voix forte et haute :

- « Bato koulé pa anpéché lézôt navigé»

A cet instant précis, jaillirent, des petites électrodes de cuivre qui tapissaient les murs de béton – je les avais pris pour un élément de décoration -, une série d’arcs électriques d’une puissance inouïe qui carbonisèrent immédiatement l’homme qui avait parlé. En quelques secondes, il ne resta plus là que quelques cendres fumantes qu’un des pensionnaires recueillit rapidement dans une coupelle qui fut placée sur une des étagères de la salle du triangle.

Je restais interdit. Après l’exécution – car, c’est bien ce que c’était – chacun se retira, et reprit la place qu’il occupait d’habitude. J’étais moi aussi piégé, la question, lancinante, commençait à tourner dans ma tête, fallait-il se taire et vivre ou parler et mourir ?

Me revint alors cette première phrase du Mythe de Sisyphe : « Il n'y a qu'un problème philosophique vraiment sérieux : c'est le suicide. Juger que la vie vaut ou ne vaut pas la peine d'être vécue, c'est répondre à la question fondamentale de la philosophie. Le reste, si le monde a trois dimensions, si l'esprit a neuf ou douze catégories, vient ensuite. »

De la mettre comme cela au clair, brutalement, me fit un bien fou, car je savais sans en connaître les moyens, que j’avais décidé de vivre et que je trouverai le moyen de sortir de cet espace de fou. Il se faisait maintenant tard, la nuit était tombée. Tout en réfléchissant, je vis les autres monter sur les marches de l’escalier et s’étendre en travers pour la nuit.

Je souris, et les rejoignis en découvrant tout d’un coup que la solution était là. Je n’étais plus seul et puisque je n’étais plus seul, à l’évidence ils ne l’étaient plus non plus. N’en déplaise à la reine, le reste n’était plus qu’une question de méthode.

Soudain une voix me tira de la sieste :
- « Rohhh, tu as vu les nouveaux voisins ? Ils ont l'air bizarre ! », s’exclama Ambuvili, qui, nue derrière ses chats, venait de voir passer deux silhouettes devant la haie.
Revenir en haut Aller en bas
catsoniou
Kalé'reporter
avatar


MessageSujet: Re: Ambuvili   Jeu 4 Avr 2013 - 7:26

Citation :
Je n’étais plus seul et puisque je n’étais plus seul, à l’évidence ils ne l’étaient plus non plus. N’en déplaise à la reine, le reste n’était plus qu’une question de méthode.

Ouf !!! La fin du récit tend à rassurer le lecteur englué dans cette atmosphère inquiétante où est posée la question du sens de la vie et le droit d'y mettre fin.
Dépasser ce stade par la fin de l'isolement me parait "la" solution.
Revenir en haut Aller en bas
ESCANDELIA
Kalé'reporter
avatar


MessageSujet: Re: Ambuvili   Jeu 4 Avr 2013 - 16:56

me suis laissée prendre par le grand mystère de ton texte, qui plus est aux parfums d'orient, le charme le mystère, le calme envoutant....
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Ambuvili   Jeu 4 Avr 2013 - 18:39

Texte "surprenant"
Texte travaillé
Texte très bien écrit
Mais texte hors sujet. J'imagine qu'il n'a pas été écrit pour cette consigne, je ne suis pas contre, mais il est bon de le préciser à la fin du texte. (en précisant par ex en quelle circonstance, ce qui le remettrait dans le cadre, et nous permettrait de comprendre pourquoi tu as décidé de le poster sous cette consigne)
De fait la dernière phrase, rajoutée pour coller à la consigne, dénote avec le reste du texte.
Au final, j'aurais préféré voir ce texte, sans aucune modification sur l'atelier "écriture libre". Je pense que je ne l'aurais pas abordé de la même façon et cela aurait pu amener à un autre commentaire, sans doute plus enrichissant pour nous deux.

tu as un vrai talent d'écriture, et un style bien à toi, que j'aime lire, mais je me permets de te donner mon sentiment sur cette consigne là, tel quel, comme le ressenti que j'ai eu en le lisant.
Sans rancune sunny

_________________
Admi.....ratrice de vos mots!


Dernière édition par Admin le Jeu 4 Avr 2013 - 18:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nerwen
Modératrice
avatar


MessageSujet: Re: Ambuvili   Jeu 4 Avr 2013 - 18:43

Je partage l'avis d'Admin. La surprise que tu recherchais est totale car ton texte ne semble pas prendre en compte la consigne. La dernière phrase rattrape le coup mais de justesse ! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Silhène
Maîtrise le sujet
avatar


MessageSujet: Re: Ambuvili   Jeu 4 Avr 2013 - 21:59

Les ambiances oniriques et étranges me plaisent, et en ce sens, j'ai aimé ton texte.

Mais pas évident à tourner en style polar.....
Revenir en haut Aller en bas
sol-eille
Maîtrise le sujet
avatar


MessageSujet: Re: Ambuvili   Jeu 4 Avr 2013 - 22:54

Super Kz !
J'adore et je ne trouve pas incongrue cette histoire de sieste... c'est une construction plausible de l'histoire...
Revenir en haut Aller en bas
kz
Kalé'reporter
avatar


MessageSujet: Re: Ambuvili   Jeu 4 Avr 2013 - 23:11

Admin a raison sur le fait que j'avais un texte, en l’occurrence, beaucoup plus long qui ne me satisfaisait guère sauf sur la partie "philosophique". J'ai donc fait un travail de réduction, toujours intéressant, qui m'a permis d'arriver sur le texte posté.
La question devient alors, peux-t-on utiliser des textes inaboutis comme matière première d'un texte posté ? Un peu comme un peintre fait des études qui de proche en proche aboutissent au tableau final. Le seul point sur lequel je suis d'accord serait celui ou le même texte serait posté dans plusieurs atelier d'écriture. Ce n'est pas le cas, en ce qui me concerne, je ne poste que sur Kaleïdoplume.
Sans rancune, c'est l'évidence : "Sans la liberté de blâmer, il n'y pas d'éloge flatteur" (Beaumarchais)
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Ambuvili   Ven 5 Avr 2013 - 11:43

kz a écrit:
La question devient alors, peut-on utiliser des textes inaboutis comme matière première d'un texte posté ?

La réponse est OUI, absolument, des textes aboutis ou non aboutis, peu importe. Mais, et c'est là où je suis ennuyée en lisant ton texte, il faut le préciser, de manière à :

- D'abord être honnête avec le lecteur/auteur qui lit ton texte, parfaitement abouti au demeurant, et qui se dit: " je ne vais pas poster, le niveau est trop haut!!!!"

- Ensuite pour permettre, (entre autre pour me permettre) d'aborder la lecture de façon différente, remettre le texte de base dans son contexte, parce que l'histoire du texte de base, et notamment les circonstances de son écriture m'intéressent.
Lorsque je pose une consigne, c'est avec, soit mes centres d'intérêts, soit par rapport à l'actualité, soit par rapport à ce qui pourrait intéresser, soit je poste une consigne proposée par l'un de vous ou l'un de mes modos. Par la suite, j'essaie de comprendre, à la lecture d'un texte de participant, dès les premières lignes, la façon dont il a voulu aborder le sujet, je rentre dans son monde, je plonge dans son histoire, et c'est toujours intéressant, que le texte soit abouti ou non, il y a toujours matière à commenter par la suite .

Donc, dès que je commence à te lire, je me dis dès les premières lignes: texte vraiment abouti, rien à dire, et puis j'ai en tête la consigne, et je me dis: "rien à voir avec la consigne, je réalise alors très vite que le texte n'a pas été écrit pour cette consigne, mes impressions sont donc faussées et cela me gêne, j'ai du mal à lire objectivement du coup. La dernière phrase me paraît alors totalement hors propos. Résultat, je n'ai pas lu ton texte comme j'aurais aimé le faire, je suis frustrée, mécontente parce que tu ne m'as pas prévenue, et j'ai l'impression que tu as voulu simplement "caser" un texte (ce qui n'est pas le cas dans ton explication) Du coup, je mets un com qui n'a rien à voir avec le texte lui-même, j'en suis gênée, je ne veux pas que tu te vexes, et en même temps, je veux rester franche.

Au final, je me dis que si tu m'avais prévenu avant ton texte, j'aurais peut-être mis le même com, à savoir que je trouve hors sujet, mais j'aurais lu le texte d'une autre façon je crois.

Bon, tout ça est très compliqué à expliquer, j'espère que tu auras compris ce que je voulais exprimer ici Wink

En tout cas, au final, ce que je veux préciser à tous, c'est que oui, vous pouvez mettre un texte déjà écrit, si il colle à la consigne, qu'il soit abouti, ou non, retravaillé ou pas, du moment que vous l'indiquer. et si il a été écrit pour un autre forum, donnez le lien .
Si je pense que c'est hors sujet, je serais franche de mon côté, et tout ceci dans un joyeux partage flower
Et n'oubliez pas: si vous n'êtes pas satisfaits de votre texte, c'est plutôt logique, nous travaillons un peu dans l'urgence, sur un sujet imposé, nous avons tendance à être enthousiastes, pressés de poster notre texte, alors forcément, il y aura toujours des imperfections sunny


_________________
Admi.....ratrice de vos mots!
Revenir en haut Aller en bas
kz
Kalé'reporter
avatar


MessageSujet: Re: Ambuvili   Ven 5 Avr 2013 - 13:08

Message reçu pour la prochaine fois.

Ma difficulté est justement que je n'aime pas trop travailler dans l'urgence et que j'aime que les textes que je poste soient à ma satisfaction au moment où je les poste.

Cela prend du temps, c'est d'ailleurs pour cette raison que je m'étais retiré de ce site. Trop de travail dans un délai trop court. Il va donc falloir que je m'organise différemment. Je ne sais pas encore comment. On verra. pipe
Revenir en haut Aller en bas
ESCANDELIA
Kalé'reporter
avatar


MessageSujet: Re: Ambuvili   Ven 5 Avr 2013 - 14:01

Citation :
c'est d'ailleurs pour cette raison que je m'étais retiré de ce site. Trop de travail dans un délai trop court. Il va donc falloir que je m'organise différemment. Je ne sais pas encore comment. On verra. pipe
Je trouve malgré toutes ces explications, que le pire serait que tu n'écrive plus. Je ne te connaissais pas en tant qu'écrivain, et j'aime ce que tu écris, alors, s'il te plais continue d'écrire même dans l'urgence, c'est toujours un plaisir de te lire
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Ambuvili   Ven 5 Avr 2013 - 14:29

Je comprends tout à fait ton point de vue KZ, je suis moi même rarement satisfaite quand je poste un texte, mais finalement je pense que le fait de travailler ainsi, dans l'urgence, nous permet de progresser, contrairement à ce qu'on pourrait croire.
Je sais que nous avons tous hâte de poster (moi la première) et nous oublions trop que la consigne reste 4 semaines avant d'être verrouillée. Saches que si tu postes après 3 semaines, je lis les textes et je les commente, l'urgence est finalement "dans la tête" et dans notre envie de poster vite.
Il y a quelques temps de cela, j'avais posté un sondage pour savoir si les participants préféraient que je laisse plus de temps entre les consignes (1 consigne par quinzaine au lieu d'1 par semaine) et la majorité avaient demandé à ce que cela reste tel quel, sachant qu'il n'y a aucune obligation à poster sur chaque consigne (on peut ne pas être inspiré ou être trop mécontent de son texte pour le poster)
Et puis tu peux aussi poster dans l'écriture libre des textes dont tu es satisfait et que tu as envie de partager. Je sais que ce topic est moins lu, mais tu auras toujours quelques personnes pour venir, si ce n'est commenter, du moins lire.
Je tiens compte du fait que nous travaillons dans l'urgence, et de toute façon, je ne me sens pas suffisemment douée moi-même pour me permettre de faire une critique "pro" .
Il faut de toute façon garder à l'esprit que tout doit rester plaisir, sinon ce forum n'a plus lieu d'être sunny

_________________
Admi.....ratrice de vos mots!
Revenir en haut Aller en bas
sol-eille
Maîtrise le sujet
avatar


MessageSujet: Re: Ambuvili   Ven 5 Avr 2013 - 21:50

euh ? alors bravo Admin avec un grand "A" moi je lis par plaisir sans analyser tout ça... T'étais vraiment faite pour être notre Adminb à tous !!!

Sinon à Kz bien d'accord avec escandelia continue à répondre aux consignes... j'aime beaucoup ta façon d'écrire !!!

et puis mon com' perso : moi j'aime écrire dans l'urgence et poster au plus vite (ce qui n'est pas bien mais voilà j'suis impatiente !!! toujours !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ambuvili   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ambuvili
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kaléïdoplumes 2 : 2010 / 2013 :: -- ESPACE ECRITURE -- :: Ecriture sur consigne :: Consigne 250-
Sauter vers: