Kaléïdoplumes 2 : 2010 / 2013


 
PortailAccueilFAQMembresRechercherS'enregistrerConnexionArchives 2008/2009L'arbre kaléïdoLe Blog des kaléïdoplumiensKaléïdoplumes sur Facebook
L'aventure continue sur Kaléïdoplumes 3 

Partagez | 
 

 Qu'importe la galère, j'ai seize ans ...

Aller en bas 
AuteurMessage
catsoniou
Kalé'reporter
avatar


MessageSujet: Qu'importe la galère, j'ai seize ans ...   Lun 29 Avr 2013 - 15:18

Cinq heures du matin, semblable à une sonnerie de passage à niveau, le réveil m'extirpe du sommeil. D'un bond, je sors du lit douillet. Dans le bâtiment contigu à la maison des maitres qui sert à préparer les légumes avant leur départ pour le marché, je procède à une toilette de chat. Sur la table, le grand bol, la bouteille de lait et la cafetière. Rapidement réchauffé, mon café au lait paraît descendre au fond des talons...

Dans le carré de poireaux, je rejoins Lucien, le maraicher. En trois mots, il organise mon travail jusqu'à dix heures, le moment tant attendu du casse-croute dans cette seconde cuisine, là où précédemment, je me débarbouillais. Pendant que nous nous restaurons copieusement, le patriarche - père du patron - lie les radis en bottes bien ordonnées, ceintes d'un brin de raphia. Il approche les 80 ans. Passionné des courses de chevaux, il m'envoie parfois au PMU pour miser gagnant ou placés les canassons de son choix.

Avant de satisfaire mon appétit d'ogre adolescent, j'aurais arraché trois cent poireaux soigneusement alignés et nettoyés sur le sol cimenté devant le grand bac en bois empli d'eau avec la pompe actionnée manuellement. Après le casse-croute, cassé en deux, je terminerai la phase finale de présentation : paquets de trois ou bottes de cinquante selon les commandes des petites épiceries de la cité gaillarde.

J'ai seize ans, nous sommes le lundi 30 avril 1962. Il y a deux mois, je quittais ma campagne quercynoise pour me retrouver dans la bonne ville de Brive. J'en suis déjà à ma troisième place. Des deux précédents emplois, je suis parti en claquant la porte la première fois et en raison de la cessation d'activité du deuxième patron... J'en ai marre de cette vie de galère commencée deux ans plus tôt. N'allez cependant pas croire que les patrons étaient des tyrans. Quoique j'eusse volontiers assorti le troisième du qualificatif de carne. Non, ils ne sont pas des sauvages, mais je partage leur intimité et en qualité de domestique, je vis douloureusement cette proximité forcée.

Avec tout le respect que je lui dois, je considère que ma mère est une mule entêtée qui, obstinément a refusé de m'inscrire au collège à douze ou quatorze ans. Les heures de classe auquelles s'ajouteraient les devoirs à la maison ou en pension (?) n'atteindraient pas les soixante heures et plus hebdomadaires pendant lesquelles je vais être utilisé en qualité d'ouvrier agricole. Et ceci pour un salaire mensuel de 120 NF que le patron condescendra à porter à 130 suite à ma revendication...

Au delà de la pénibilité du travail que mon jeune corps supporte bien grâce à la bonne table d'Hélène, la maraichère et à la récupération facilitée par le sommeil de plomb caractéristique chez les adolescents qui travaillent comme des bêtes de somme, l'inquiétude latente qui me taraude est générée par l'absence de perspective. En ce printemps 1962, je ne sais pas qu'il me faudra atteindre vingt-cinq ans pour enfin occuper un emploi convenable dans ''l'Administration''.

Qu'importe !!! J'ai seize ans. Hier, c'était dimanche. J'étais au cinéma avec une jeunette et dans la quasi obscurité , nous échangions nos premières caresses. Ce qui explique mon incapacité à vous raconter le film du jour certainement passionnant. Par contre, je peux vous dire que les Actualités Pathé-Cinéma ont évoqué l'Algérie entre accords de cesser-le-feu du 19 mars et Indépendance du 2 juillet. Mon frère y est encore pour trois mois. Après vingt-huit mois de service, il sera enfin dégagé des obligations militaires. On pourra alors faire des virées dominicales à mobylette, écumer les bals à des kilomètres à la ronde. Avec six ans d'écart, mon frangin et moi, on se dit :
C'est beau la jeunesse, encore faut-il savoir l'utiliser ...

Oui, j'ai seize ans et la vie est belle !!!
Revenir en haut Aller en bas
catsoniou
Kalé'reporter
avatar


MessageSujet: Re: Qu'importe la galère, j'ai seize ans ...   Lun 29 Avr 2013 - 15:24

Non ! je ne sais pas si ce texte est dans le cadre souhaité...
Mais, instantanément, ce qui m'a modestement inspiré c'est l'expression "vous êtes en première" ... A seize ans, mauvais sujet sans doute, j'en étais à mon 3ème employeur.
Galère certes , mais quand on a seize ans, il y a mille et une raisons d'aimer la vie ... sunny
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Qu'importe la galère, j'ai seize ans ...   Lun 29 Avr 2013 - 16:14

Il est super ton texte Cats. Et tu as tout à fait raison, tous les kaleïdoplumiens n'étaient pas en première à 16 ans, et tu as tout à fait le droit de parler de ta propre expérience en nous donnant en lecture un texte auto-biographique.

On peut partir dans ce genre de texte, ou bien, comme le suggère petite Plume se mettre dans la peau d'un ado de 16 ans et imaginer la suite.

J'hésite encore moi-même entre les 2.

Encore une fois, mais quand c'est bon, il ne faut pas hésiter à rabâcher: les textes terroirs te vont à merveille salut bas

_________________
Admi.....ratrice de vos mots!
Revenir en haut Aller en bas
ESCANDELIA
Kalé'reporter
avatar


MessageSujet: Re: Qu'importe la galère, j'ai seize ans ...   Lun 29 Avr 2013 - 17:56

avoir seize ans, avec en toile de fond la guerre, sans doute il y a mieux. Cependant, l'insouciance propre à cet âge donne tout le piquant au quotidien même sombre. Encore une fois, Cats nous offre une belle page de l'histoire sociale de notre pays. Merci pour ce témoignage.
Revenir en haut Aller en bas
kz
Kalé'reporter
avatar


MessageSujet: Re: Qu'importe la galère, j'ai seize ans ...   Lun 29 Avr 2013 - 18:58

Texte vécu, texte qui coule ou plutôt qui pétarade comme une mitraillette. Phrases courtes, au présent. çà percute et le lecteur en sort tout essoufflé !
Heureusement, il y a la perspective du retour du frère avec qui jeunesse va pouvoir enfin être insouciante. Beaucoup aimé et lu d'une traite avec plaisir. big wink
Revenir en haut Aller en bas
Silhène
Maîtrise le sujet
avatar


MessageSujet: Re: Qu'importe la galère, j'ai seize ans ...   Lun 29 Avr 2013 - 20:14

J'aime beaucoup la consigne, mais je ne sais pas trop comment la traiter.

Alors, j'ai lu ton texte, Cats, et j'ai complètement adoré ! flower

Tes 16 ans, mes 16 ans, les 16 ans de Petite Plume me semblent avoir ceci en commun qu'ils ne s'effacent pas au fil du temps, malgré leurs différences d'intérêt et de quotidien.

Je voulais rajouter que je crois que tu as su garder et faire partager l'enthousiasme et l'envie de tes jeunes années, et ça c'est winner



Revenir en haut Aller en bas
Amanda
Modératrice
avatar


MessageSujet: Re: Qu'importe la galère, j'ai seize ans ...   Mar 30 Avr 2013 - 16:55

Je rejoins les autres pour les comm'.
Je dirais que les "16 ans" d'aujourd'hui devraient en prendre de la graine en te lisant au lieu de pleurnicher ou déc...sur Facebook.
Ils ne sont pas nombreux les jeunes de ta trempe et tu t'en es très bien sorti et regarde un peu ce que tu as réalisé salut bas
Revenir en haut Aller en bas
Nerwen
Modératrice
avatar


MessageSujet: Re: Qu'importe la galère, j'ai seize ans ...   Mar 30 Avr 2013 - 22:00

J'ai beaucoup aimé ton texte plein de l'énergie juvénile qui semble ne pas t'avoir quitté depuis tes seize ans. quel talent !
Revenir en haut Aller en bas
sol-eille
Maîtrise le sujet
avatar


MessageSujet: Re: Qu'importe la galère, j'ai seize ans ...   Ven 3 Mai 2013 - 16:06

Avoir 16 ans à l'époque n'étais pas facile... seulement c'était comme ça ! pas trop de temps pour les états d'âmes !
très beau texte en tout cas !
Revenir en haut Aller en bas
Noufloca
Occupe le terrain
avatar


MessageSujet: Re: Qu'importe la galère, j'ai seize ans ...   Dim 5 Mai 2013 - 11:40

J'ai lu aussi d'une seule traite et j'ai bien compris tes sentiments au jour le jour et la volonté de t'en sortir, La rancoeur contre ta mère, les conséquences de sa décision sur ta vie. Tu décris bien la vie d'un jeune agricole, à la merci de ses patrons. J'ai bien aimé ton texte.
Tu sais aussi préciser la facilité de trouver du travail de cette époque qui ferait rêver, d'une certaine façon, les 16 ans de 2013. bravo
Revenir en haut Aller en bas
catsoniou
Kalé'reporter
avatar


MessageSujet: Re: Qu'importe la galère, j'ai seize ans ...   Dim 5 Mai 2013 - 21:50

Noufloca écrit :
Citation :
la facilité de trouver du travail de cette époque qui ferait rêver, d'une certaine façon, les 16 ans de 2013.

En effet, plus ou moins intéressant, plus ou moins bien rétribué, mais me semble-t-il, il n'y avait que l'embarras du choix. euh ?

Petit détail qui avait aussi son importance : à seize ans, un jeune ouvrier était quasiment indépendant financièrement vis à vis de ses parents...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Qu'importe la galère, j'ai seize ans ...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Qu'importe la galère, j'ai seize ans ...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [AIDE] Avant de faire n'importe quoi
» [résolu]NSU ou OVI SUITE .... même galère !
» Qu'importe l'heure
» Le lockscreen Sense 3.0 sur n'importe quel android!
» HTC BLOQUER pour n importe quel flash

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kaléïdoplumes 2 : 2010 / 2013 :: -- ESPACE ECRITURE -- :: Ecriture sur consigne :: Consigne 254-
Sauter vers: