Kaléïdoplumes 2 : 2010 / 2013


 
PortailAccueilFAQMembresRechercherS'enregistrerConnexionArchives 2008/2009L'arbre kaléïdoLe Blog des kaléïdoplumiensKaléïdoplumes sur Facebook
L'aventure continue sur Kaléïdoplumes 3 

Partagez | 
 

 Si j'en ai vu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ESCANDELIA
Kalé'reporter
avatar


MessageSujet: Si j'en ai vu   Jeu 9 Mai 2013 - 21:49

De Loguivy à Terre Neuve, j’en ai transporté des enfants, des novices, des moussaillons ! Des gamins de douze ans pas plus, qui pleuraient laissant pour une année, leur mère abandonnée.
C’était le temps des Terre-neuvas, des Cap-horniers. Le temps des Islandais.
Pour leur premier voyage, au grand mas, attachés par les pieds, plus tard, ils seraient capitaine, enfin s’ils survivaient.

Citation :
«Mousse : il est donc marin, ton père ?...
— Pêcheur. Perdu depuis longtemps.
En découchant d’avec ma mère,
Il a couché dans les brisants...

Maman lui garde au cimetière
Une tombe — et rien dedans —
C’est moi son mari sur la terre,
Pour gagner du pain aux enfants.

Deux petits. — Alors, sur la plage,
Rien n’est revenu du naufrage ?...
— Son garde-pipe et son sabot...

La mère pleure, le dimanche,
Pour repos... Moi, j’ai ma revanche
Quand je serai grand — matelot ! — » *
Tritan Corbière « les amours jaunes »


Jadis encore, à la criée, venaient des alentours, le laboureur et l’aubergiste, choisir au meilleur prix, le poisson tout frais pêché.

Les femmes de marin impatientes, attendaient. La pêche pas toujours bonne et le filet parfois troué, un lot pour chacune qu’il fallait bien accepter.

C’était il y a bien longtemps. Maintenant sur le muret qui borde la jetée, ne viennent plus de temps en temps que de vieux marins Scrutant l’horizon, se souvenant de cette époque où la voile au vent, ils s’en allaient au large remontant le courant, bravant les océans.
Mains noueuses et regard fier, ils caressent ma coque et me confient leur tourment, la crainte du devenir et la peur de devoir partir un jour sur l’autre rive, laissant au port leur vieux caban.

Nous avons tant vogué, eux à la barre et moi brisant le flot. Parfois si loin de nos amarres, moi la mienne et eux les leurs. Nous avons sillonné plus d’une mer sans lune ballottés par les vagues, la houle déchaînée frappant mes flancs.
Au loin le cri strident des mouettes s’élevait dans la nuit noire, lugubre et terrifiant.
Bravant les tempêtes qui venaient couvrir ma coque de leur écume, je me couchais parfois, la proue chavirant. Mais d’un geste rapide et brusque, le Matelot criant ho hisse redressait le hauban. Lorsque les vents en poupe balayaient l’océan, je filais droit devant. Le marin sur le pont, respirait les embruns, la main tendue vers le couchant.
Si j’en ai vu des marins, des capitaines.
J’ai plus de souvenirs que si j’avais mille ans.

Et je reste là sur ce quai, à attendre Jean, le fils du plaisancier.
Aujourd’hui, c’est l’ouverture de la saison d’été. Parmi les autres voiliers rouillés, j’ai réussi à survivre. Jean m’a donné une seconde chance. Je transporte à présent des enfants curieux d’apprendre le plaisir de naviguer. A mon bord, je les conduits jusqu’aux Iles. Là, ils découvrent émerveillés les oiseaux rescapés d’un long voyage, pour venir nider sur ces rochers à quelques encablures de nos côtes escarpées.

Aujourd’hui, je me souviens, j’ai plus de mémoire que si j’avais mille ans.

*


Dernière édition par ESCANDELIA le Ven 10 Mai 2013 - 14:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amanda
Modératrice
avatar


MessageSujet: Re: Si j'en ai vu   Ven 10 Mai 2013 - 14:13

Le titre résume tout...
Très riche ce texte, dense, avec un bonne citation ! flower
Pour ma part, j'aurais inversé le début et la fin : commencer par les souvenirs ( qui sont tous à l'imparfait et au passé )et finir par le présent ( bien sûr qui est mis à l'indicatif présent ), les enfants qui redonnent vie, note positive. Mais ce n'est que mon avis perso.
J'ai aussi découvert un nouveau mot " nider", je l'ai cherché ( ne prend qu'un "n", t'as tapé trop fort sur la touche !) et je l'aime beaucoup.
Comme j'aime ce texte vivant, on entend, on voit, on sent, on ressent grâce à ton écriture vive ! flower
Revenir en haut Aller en bas
ESCANDELIA
Kalé'reporter
avatar


MessageSujet: Re: Si j'en ai vu   Ven 10 Mai 2013 - 14:56

merci Amanda, effectivement, ton point de vue est intéressant et se défend, j'ai modifié, voyons si c'est mieux. J'ai corrigé aussi le mot nider que mon correcteur d'orthographe s'obstine à surligner en rouge. Mais bon, on ne peut pas tout connaître !
Revenir en haut Aller en bas
catsoniou
Kalé'reporter
avatar


MessageSujet: Re: Si j'en ai vu   Ven 10 Mai 2013 - 15:18

Au sujet des terre -neuvas, Wikipédia m'apprend que :
" La fin des années 1960 vit l'arrivée des bateaux-usines avec une mécanisation de la préparation du poisson en cale."

Cette modernisation n'a-t-elle pas exterminé la morue qui était du temps de notre enfance, y compris dans les campagnes éloignées des côtes, le poisson qui revenait le plus souvent sur les tables des familles paysannes. Aujourd'hui, la morue est un plat de riche !

J'aime le poème de Tristan Corbière... sunny
Revenir en haut Aller en bas
Amanda
Modératrice
avatar


MessageSujet: Re: Si j'en ai vu   Ven 10 Mai 2013 - 15:58

Je préfère flower
Revenir en haut Aller en bas
kz
Kalé'reporter
avatar


MessageSujet: Re: Si j'en ai vu   Ven 10 Mai 2013 - 16:36

Bravo pour ce très beau texte qui me renvoie au souvenir du cimetière de Ploubazlanech où se trouvent nombre de plaques nommant les Terreneuvas disparus et le nombre d'hommes à bord.
La morue n'était peut-être pas chère, mais au prix de combien de disparus. Sur un point haut, la "croix des veuves" qui porte en lui-même la souffrance d'un peuple de marins.

Le soleil taquine, au hasard des jeux du vent, la mangeuse d’hommes.
La chapelle veille ses enfants morts, engloutis au cœur de l’abîme.
La voix des veuves en remâche le récit, des bouts du monde.

Dans la lumière, insensible et trompeuse, la mer s'épanouit.
Le ciel se sépare, et d’une paix apparente, dit le mensonge.

L’embrasement nomme la multitude sinistre des récifs tranchants
Où s’étoufferont dans la tempête, les cris de l’innocence.
Revenir en haut Aller en bas
ESCANDELIA
Kalé'reporter
avatar


MessageSujet: Re: Si j'en ai vu   Ven 10 Mai 2013 - 17:45

Merci de vos coms.

KZ : Ploubazlanec, n'est ce pas, outre le lieu symbolique que tu décris, l'endroit où l'on peut déguster le meilleur kouingn amann du monde ?

Et puis quel beau poème que tu nous offres ! sunny
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Si j'en ai vu   Ven 10 Mai 2013 - 18:36

C'est curieux que nous ayons pensé toutes deux aux pêcheurs de Terre Neuve, toi avec les marins, moi avec leur chat. Tu aurais pu je crois construire ton texte comme un poème. Mais je le trouve très bien comme ça aussi. Wink
Revenir en haut Aller en bas
sol-eille
Maîtrise le sujet
avatar


MessageSujet: Re: Si j'en ai vu   Ven 10 Mai 2013 - 23:13

Texte très riche... je n'ai pas lu ta première version... mais celle ci est très réussie !
décidément cette consigne inspire de bien belles choses !!
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Si j'en ai vu   Sam 11 Mai 2013 - 11:47

Oh que je n'aime pas arriver après les autres pour commenter, parce qu'ils le font si bien, que je ne trouve rien de mieux à dire!!!
Je n'ai pas lu ta première mouture, mais celle-ci, est magnifique, et plein de nostalgie. je sens que tu as pris un grand plaisir à écrire sur cette consigne salut bas

_________________
Admi.....ratrice de vos mots!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Si j'en ai vu   

Revenir en haut Aller en bas
 
Si j'en ai vu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kaléïdoplumes 2 : 2010 / 2013 :: -- ESPACE ECRITURE -- :: Ecriture sur consigne :: Consigne 255-
Sauter vers: