Kaléïdoplumes 2 : 2010 / 2013


 
PortailAccueilFAQMembresRechercherS'enregistrerConnexionArchives 2008/2009L'arbre kaléïdoLe Blog des kaléïdoplumiensKaléïdoplumes sur Facebook
L'aventure continue sur Kaléïdoplumes 3 

Partagez | 
 

 Le secret de Notre-Dame

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Amanda
Modératrice
avatar


MessageSujet: Le secret de Notre-Dame   Mer 24 Juil 2013 - 10:05

Intro :


En cette fin de juillet 2O13, Aymeric d’Entraigues  ( joli pseudo pour cet écrivain à la mode !) est fatigué, épuisé et surtout revenu de tout…
Descendu dans la Drôme pour les Journées de la Correspondance organisées à Grignan, il y retrouve comme chaque année écrivains et éditeurs.
Le thème de ce haut-lieu de pèlerinage littéraire «  Lettres D’Amérique » ne le passionne guère. Malgré la qualité des acteurs-lecteurs ( Michel Boujenah, Claire Chazal et autres Jacques Weber), Aymeric se lasse très vite des écrits d’Hemingway, de Marilyn Monroe et des « heureux damnés » Scott et Zelda Fitzgerald.
Pour s’éviter les foudres de son éditeur, Aymeric reste stoïquement sur place la semaine entière. Les menus gourmands  du célèbre restaurant «  Le Clair de la Plume » y  sont pour beaucoup !
Mais de la bonne chère, point ne faut abuser ( comme l’écrivait la Marquise de Sévigné à qui Grignan doit sa renommée).  Les papilles gustatives d’Aymeric finissent elles aussi par perdre l’envie.
L’envie d’avoir envie…
Aymeric s’en va donc en Avignon, espérant se changer les idées au Festival « in » si pas au « off » peuplés d’innombrables troupes de théâtre venues du monde entier.
Dans une chaleur étouffante,  il se retrouve prisonnier d’un tourbillon de mises en scènes aussi diverses que farfelues. Agressé en pleine rue par des mains qui lui glissent des feuillets publicitaires vantant les spectacles, il s’enfuit en courant jusqu’au Jardin des Doms.
De là-haut, à côté du Palais des Papes, la vue sur le Rhône et par temps clair sur le Mont Ventoux, est superbe.
Aymeric totalement indifférent à ce beau panorama, se laisse choir sur l’herbe et s’endort d’un coup sec.
Une petite voix le réveille doucement : «  Monsieur, Monsieur, il ne faut pas rester là, cela peut être dangereux…Vous savez Avignon en pleine nuit et avec le festival (soupir), il vaut mieux rentrer chez vous ! »
Aymeric se redresse péniblement et découvre son interlocutrice, à la lueur du réverbère le plus proche.

Une bonne sœur ! Non, mais, je rêve !
Qu’est-ce qu’elle fait là ?
Qu’est-ce que je fais là ?
La voix reprend avec gentillesse : «  Rentrez chez vous, Monsieur, je vous en prie ! »
Aymeric explose d’un rire sarcastique : «  Rentrer ? Chez moi ? Mais je n’ai pas de « chez moi » ! Rectification : J’en avais un, je n’en ai plus ! Je ne suis plus rien, je ne vaux plus rien, je n’arrive même plus à écrire une ligne… »
«  Seriez-vous écrivain, Monsieur ? »
«  J’étais, Madame, j’étais, je ne suis plus rien, je vous dis ! »
«  Sœur Thérèse, pas Madame !  Et il se fait tard, j’ai terminé ma permanence à la Cathédrale, je devrais déjà être rentrée, on va s’inquiéter ! Nous reparlerons de vos état d’âme plus tard, je vous offre l’hospitalité pour cette nuit »
Aymeric d’Entraigues n’en croit pas ses oreilles. Décidément tout va de travers dans sa vie ! Voilà maintenant qu’une bonne sœur lui ouvre sa maison (et qui sait ? Davantage, peut être ?)… D’autant qu’à y regarder de plus près, cette bonne sœur-là semble bien jeune et , ma foi, pas si mal faite, mis à part son tailleur austère, ses sandales  épaisses et la croix qui pend sur sa poitrine ( légèrement rebondie)…
Trop fatigué Aymeric, trop fatigué pour protester. Les velléités de séducteur retombent comme un soufflé au fromage raté.
Et c’est ainsi qu’il se retrouve «  à l’insu de son plein gré » et à son grand étonnement assis à l’avant dune 4X4 aux côtés de Sœur Thérèse qui en prend le volant et branche le GPS .
«  Vous comprenez, je suis novice » dit-elle.
Et sur ces paroles sibyllines, elle démarre plein tube…



Dernière édition par Amanda le Lun 12 Aoû 2013 - 14:10, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
kz
Kalé'reporter
avatar


MessageSujet: Re: Le secret de Notre-Dame   Mer 24 Juil 2013 - 10:43

çà pétille ce texte, comme une fine coupe de Vouvray. On en redemande ! Car enfin, une none plutôt bien roulée, qui offre l'hospitalité à un mec dans un couvent de bonne sœur, çà fait fantasmer ! Et en plus, elle est novice, Soeur Marie des Petits Pieds Nus de Jésus !
Normalement çà promet....
Sûrement que j'ai l'esprit mal tourné, va falloir que j'en parle à mon psychanalyste ! fuite 
Revenir en haut Aller en bas
Nerwen
Modératrice
avatar


MessageSujet: Re: Le secret de Notre-Dame   Mer 24 Juil 2013 - 17:16

Sans avoir l'esprit mal tourné de kz mort de rire  , je trouve ce début plein de promesses (peut-être pas les mêmes que lui mort de rire )
J'aime beaucoup aussi ta façon d'ancrer le récit dans la réalité des Rencontres littéraires et du festival d'Avignon.
Est-ce du vécu ?
bravo!
Revenir en haut Aller en bas
alainx
Kalé'reporter
avatar


MessageSujet: Re: Le secret de Notre-Dame   Jeu 25 Juil 2013 - 17:50

Ça promet !
J'en ai l'eau bénite à la bouche…
éclat de rire 

"sa poitrine ( légèrement rebondie)…"
Comment ça ? Les bonnes soeurs ne s'écrasent plus la poitrine avec des Bandes Velpeau ?
mon Dieu ! Tout fout le camp !…

auréole 
Revenir en haut Aller en bas
catsoniou
Kalé'reporter
avatar


MessageSujet: Re: Le secret de Notre-Dame   Ven 26 Juil 2013 - 14:26

Une bonne soeur qui a besoin d'un GPS pour se diriger ? Bizarre, comme c'est bizarre ...  Mais n'est-il pas vrai que les voies du Seigneur sont impénétrables ? euh ? 

Amanda, quand soeur Thérèse en aura fini avec Aymeric d'Entraygues pourras-tu me l'envoyer  et dans le même temps faire un mot à ma moitié afin qu'elle m'autorise à grimper dans le 4/4 ? Merci ...
Revenir en haut Aller en bas
Silhène
Maîtrise le sujet
avatar


MessageSujet: Re: Le secret de Notre-Dame   Sam 27 Juil 2013 - 20:20

Ça commence fort, un écrivain raté, une novice bien carrossée lol! 

Je pars en trombe derrière le 4X4 pour lire la suite fuite 
Revenir en haut Aller en bas
Feuille
Modérateur
avatar


MessageSujet: Re: Le secret de Notre-Dame   Mar 30 Juil 2013 - 22:48

Une 4x4 pilotée par une none bien carrossée ... un rapport avec le gendarme de St Tropez ? Tout cela m'a l'air de partir dans une direction très onirique ... rasta man 

_________________
N'hésitez pas à nous rejoindre et partager sur :

Facebook https://www.facebook.com/Kaleidoplumes
et
Google+ https://plus.google.com/b/107321334688611812953/107321334688611812953
<a href="https://plus.google.com/107321334688611812953" rel="publisher">Google+</a>
Revenir en haut Aller en bas
Amanda
Modératrice
avatar


MessageSujet: Re: Le secret de Notre-Dame   Lun 5 Aoû 2013 - 16:06

1ère partie : « Toute personne qui entre ici, en ressort transformée »

« Prenez la D938 de Carpentras en direction de Malaucène (Vaucluse).
Au giratoire de Caromb, prenez la 2e sortie.
A 5km, prenez la D19, la première sortie vers Le Barroux et son château médiéval.
A 2km, serrez à gauche.
Destination atteinte : l’Abbaye Notre-Dame de l’Annonciation »


« Merci Madame GPS ! Nous voilà rendus ! » triomphe Sœur Thérèse.
Aymeric d’Entraigues n’en croit pas ses oreilles !
Lui, l’Athée, qui ne croit ni en Dieu ni en diable, chez les bonnes sœurs !
Sœur Thérèse a le don de lire dans les pensées et déclare sans ambages :
« Ne vous méprenez pas, Monsieur ! Chez moi, c’est ici, à l’Abbaye où je viens d’entrer comme religieuse novice. Je n’ai pas encore prononcé mes vœux définitifs et la route depuis Avignon ne m’est pas guère familière. A peine deux semaines depuis mon arrivée…
Mais la Mère Abbesse ( on dit « Mère Supérieure » chez les Annonciades) et sa communauté ont l’habitude d’accueillir des hôtes de tous bords. Beaucoup demeurent quelque temps chez nous pour retrouver calme et spiritualité. »
Aymeric adhère tout à fait au calme. Pour la spiritualité, c’est une autre histoire…
Sans plus piper mot, il suit Sœur Thérèse dans le noir le plus total et se jette tout habillé sur le lit de sa chambre.
Ou doit-on dire « cellule » ?

Le lendemain matin…
Un coup discret à la porte…
Aymeric émerge péniblement et consulte la montre extra-plate à son poignet : 6h3O !
Au secours ! Au fou !

Il n’y a point de fou ici, seulement Sœur Célestine ( 1OO kilos juchés sur 1m 8O et enveloppés dans une espèce de sac de pomme de terres) qui est chargée par la Mère Supérieure d’emmener son hôte au petit déjeuner.
Aymeric se garde bien d’opposer la moindre résistance à l’imposante Sœur Célestine, trop content d’entendre qu’il a échappé à la messe de 5h ! Et enfin, il se rappelle qu’il y a belle lurette qu’il n’a rien avalé !
Il pénètre donc dans une vaste pièce, occupée par une immense et unique table en bois toute en longueur. Tout au bout, Mère Marie de L’Incarnation préside, vêtue de la tenue traditionnelle blanche de son ordre. De charmantes boucles blanches, s’échappent avec élégance de la coiffe nouée à l’arrière de sa nuque.
« Quelle classe ! » se dit in petto un Aymeric tout à fait réveillé à présent. Il jette un rapide coup d’œil aux autres religieuses, assises autour de la table. Certaines portent elles aussi, l’habit religieux mais de couleur bleu foncé, d’autres la même « robe de bure » que Sœur Célestine et…Sœur Thérèse, quant à elle, un tailleur gris clair sur un chemisier beige.
« Encore en civil et bien plus jolie qu’ hier soir ! Elle sort indubitablement du lot.» pense Aymeric qui tente de saisir son regard.
Mais la voix d’acier de la mère Supérieure, ses yeux verts qui jaugent, transpercent, auxquels rien de semble échappe, le ramènent fermement à la réalité.
« Soyez le bienvenu Monsieur d’Entraigues. Je suis persuadée que vous trouverez chez nous la joie et la sérénité perdues. Eh oui, bien que vivant ici dans cette Abbaye, nous gardons un contact étroit avec le monde extérieur ! Votre renom, vos succès et vos revers ne nous sont pas inconnus. J’admire beaucoup votre écriture.
Mes sœurs et moi-même comprenons fort bien votre besoin de vous ressourcer et nous vous offrons l’hospitalité aussi longtemps que le désirerez.
Je puis avec certitude vous assurer d’une chose : toute personne qui entre ici, en ressort transformée ! Retenez bien cette phrase !
Sur ce, bon appétit et bonne dégustation de notre miel et nos confitures faites maison ! »
Le bol de café fumant, les belles tranches de pain frais sont un délice.
Les décorations des murs de la salle à manger, des fresques sur fond bleu peintes à la main, représentent oiseaux, écureuils, sarments de vignes et branches de chênes qui s’y enchevêtrent…
Une fenêtre donne sur le jardin potager qui regorge de senteurs provençales, thym, romarin, farigoulette…
Mais Aymeric ne voit rien…
Car Aymeric est bien embêté…
D’un côté, il est tenté. Rester « loin de la foule déchaînée » ne serait pas du luxe après ce qu’il vient de vivre…
De l’autre, comment payer son séjour, il n’a plus un sou…
Mère Marie de l’Incarnation, elle aussi, lit dans les pensées…
« Vous êtes écrivain, n’est-ce-pas ? Peut-être pourriez-vous nous rendre un grand service…
Si en plus, vous avez encore quelques connaissances en langues mortes, vous pourriez nous aider à déchiffrer des documents et parchemins entassés dans le cellier de l’Abbaye depuis des lustres. Vous me semblez être l’homme de la situation pour y mettre de l’ordre. Deux petites heures par jour suffiraient largement pour vous assurer le gîte et le couvert !
Sœur Thérèse, je vous autorise à prêter main-forte à Monsieur d’Entraigues puisque vous avez déjà fait connaissance ! Vous lui servirez de secrétaire. »
Ce dernier argument est-il le plus convaincant ?
Aymeric n’en laisse rien paraître et accepte avec empressement.
Il décide même d’atteler tout de suite à la tâche, remettant la visite de l’Abbaye à plus tard.
Avec l’accord de Mère Marie -de -l’I (abrégeons un peu, se dit Aymeric), Sœur Thérèse le précède dans le long escalier en pierre qui descend au cellier.
Point de vin dans cette cave poussiéreuse, mais des papiers, des tas de papier, des piles de documents dont les ficelles ne sont plus que lambeaux. Aymeric se saisit d’une pile qui tombe en miettes sous ses pieds.
Sœur Thérèse décide de prendre les choses en main ( elle est femme, après tout !) :
« Doucement ! Asseyez-vous sur ce tabouret ! Je vous passerai les papiers un par un, vous lirez, ensuite nous organiserons un système de classement selon les dates et les sujets traités. »
Le premier document calligraphié à la plume d’oie avec des majuscules tracées à la feuille d’or est une recette de cuisine ! Mais à l’époque, elle valut son pesant d’or à son auteur !
« Un tiers d’amandes, un tiers de sucre, un tiers de melon confit » Ces calissons furent confectionnés pour dérider la Reine Jeanne le jour de son mariage avec le Roi René ( 1434-1480) sur ordre de son futur époux.
La jeune épousée ne manifestait guère d’enthousiasme jusqu’à ce qu’on lui présente ces friandises et retrouva le sourire. »
Ce récit laisse Aymeric rêveur. Se pourrait-il donc qu’une telle friandise suffise au bonheur de la femme qu’on aime ? Ce serait trop simple !
Sœur Thérèse ne partage pas son avis. La légende dit vrai ! Si un homme se décarcasse à ce point pour plaire, c’est qu’il est « aimant » et « aimable » !
Aymeric sursaute : « Mais qu’est-ce que vous en savez, vous, la bonne sœur ? Vous vous y connaissez en amour, peut-être ? »
« Je ne suis pas une bonne sœur, je suis novice, et pas novice en tout, Monsieur Aymeric, si vous permettez que je vous appelle ainsi ! »
Aymeric permet, il est soufflé !! Il est en train de perdre les pédales devant cette espèce de…, de novice qui, e somme, serait en train de lui faire la leçon !!
Deux grosses larmes coulent sur les joues de Sœur Thérèse.
Mais Aymeric ne les voit pas tout de suite, trop préoccupé par ce qu’il vient d’entendre.
Et quand il les voit, Il est trop tard.
Sœur Thérèse a déjà quitté le cellier en courant.
Elle se précipite dans la chapelle, esquisse un signe de croix, une génuflexion et la voilà devant l’autel de la Vierge de l’Annonciation.
Dans un léger bruissement, des pas s’approchent et une voix demande :
« Alors, ma soeur, a –t-il trouvé ? Non, pas encore ?
Il faut persévérer, il doit trouver, c’est une question de vie ou de mort ! »
Revenir en haut Aller en bas
Amanda
Modératrice
avatar


MessageSujet: Re: Le secret de Notre-Dame   Lun 5 Aoû 2013 - 16:13

Le Secret de Notre-Dame ( 2e partie)    




Tel est pris qui croyait prendre…

Aymeric d’Entraigues a bien des défauts…
Mais à ce moment précis, la curiosité qui le pousse à suivre discrètement Sœur Thérèse jusqu’à la chapelle, jouerait plutôt en sa faveur !

Lui aussi entend la dernière phrase prononcée par Mère Marie-de-l’I…
« Ainsi donc, nous serions en danger, ma Mère ? Vous, nous, moi ?
Tel est pris qui croyait prendre ! J’exige une explication ! Vous vous êtes suffisamment moquées de moi ! Me trompe-je ? »

Sœur Thérèse blêmit.

Mère Marie conserve son sang froid, mais ses yeux verts lancent des éclairs et elle réplique d’un ton cinglant :
« Cela ne vous regarde point, Monsieur d’Entraigues ! Secret d’Eglise ! »

« Secret d’Eglise ou Secret d’Alcôve ? Je suis peut-être un peu « à côté de mes pompes » en ce moment, mais je suis loin d’être un naïf ! Et comme je ne crois ni au Hasard, ni au diable, encore moins au Bon Dieu, j’exige la vérité. La rencontre au Jardin des Doms, votre hospitalité si généreuse en échange de recherches d’archives…Bien ficelé ! Mais parlez donc ou je quitte cet endroit illico ! »

Sœur Thérèse a beau lui jeter un regard suppliant (Ah ! Ces yeux !), Aymeric ne décolère pas ! On se joue de lui ! Et des bonnes sœurs encore ! Enfin, bonnes, il commence à en douter entre une obèse, une forte tête et une séductrice qui pleure sur commande…
Pour les autres, il n’a même pas eu le temps de se faire une opinion ! Un comble !
Et dans une Abbaye en plus, une Abbaye qu’il n’a, entre parenthèses, même pas eu l’occasion de regarder, lui si féru de vieilles pierres, lui, le premier historien de France et de Navarre (déchu, oui, mais ceci est une autre affaire….)

Après quelques instants d’hésitation, Mère Marie-de-l’I décide de se jeter à l’eau. L’aventure est mal engagée, autant se mouiller tout à fait…

« C’est tout simple. Si nous voulons conserver l’Abbaye et continuer à y vivre en communauté, nous devons à tout prix retrouver un document de la plus haute importance.
Le Conseil Général du Vaucluse a reçu des ordres stricts. A Paris, en haut-lieu, on nous menace d’expulsion si nous ne retrouvons pas cet écrit. Il est d’une importance vitale pour la région et pour l’honneur de la France. D’autre part, le MPLK (équivalent du Kgb russe mais pour la Turquie) est sur les dents. Et ces gens-là ne plaisantent pas ! Les enjeux sont énormes, vu l’entrée prochaine de la Turquie dans la Communauté Européenne.

Aymeric est estomaqué ! Il se demande bien quel document pourrait bien mettre en péril un si grand nombre de têtes…

« La mère de l’Empereur Constantin avait fait forger un mors pour le cheval de son fils avec un clou de la Croix du Christ. Conservé à Sainte Sophie de Constantinople, le Saint Mors en disparut lors du pillage de la ville par les Croisés en 1204, pour réapparaître en 126O à Carpentras dont il devint l’emblème.
En 1313, le Pape Clément V s’installe à Carpentras. La chaleur étouffante de la capitale du Comtat Venaissin le poussa à gagner les hauteurs aux alentours des Dentelles de Montmirail, en l’occurrence notre Abbaye. Il mourut en 1314, emportant dans la tombe le secret du Mors. ..
Son successeur donna sa préférence à Avignon comme résidence des Papes et l’affaire fut oubliée jusqu’à son décès. Il mentionnait dans son testament l’existence d’un document révélant la cachette du Mors, rédigé par le pape Clément. C’est cela que nous devons trouver !
Il nous faut absolument mettre la main dessus avant les autres, retrouver le Mors et le restituer à qui de droit.

Sœur Thérèse vous a suivi depuis Paris, à Grignan et Avignon.
Vous seul, avec vos connaissances historiques et linguistiques, êtes apte à retrouver ce Mors.
C’est cela que je disais, une question de vie ou de mors !

Si vous ne nous aidez pas, L’Abbaye sera perdue, la France sera perdue et l’Unité de l’Europe menacée ! »

« Oh la, doucement avec ce Mors ! Comme vous y allez, Mère Marie-de-l’I ! Venu pour me « ressourcer », voilà que vous voulez m’embarquer dans une histoire abracadabrantesque ! »
« Mais, justement, Monsieur d’Entraigues, si vous réussissez, vous serez réhabilité ! » s’exclame Sœur Thérèse.

« Les détracteurs de votre dernier ouvrage devront bien s’incliner quand nous ferons taire la rumeur que nous avons-nous-mêmes créée. A savoir que vous étiez totalement anéanti par l’abandon de votre compagne et que le livre était écrit par un « nègre » Nous vous avons brisé, nous vous remettrons en selle ! Avec la découverte du Mors, le succès, la gloire seront au bout du chemin ! Et qui sait, vos affaires de cœur et d’argent s’arrangeront sans aucun doute dans la foulée ! »

C’est un Aymeric abasourdi, étourdi, qui hoquète lamentablement « Mais comment vous y êtes-vous prises toutes les deux ? »
La Mère Supérieure désigne Sœur Thérèse du doigt : « C’est elle ! Agent de la DGSE ( Services Secrets Français )


Tel est pris qui croyait prendre…
   

Nerwen
Modératrice



--------------------------------------------------------------------------------
Humeur: Eveillée

Sujet: Re: Le Secret de Notre-Dame ( 2e partie)   Lun 29 Juil - 18:19      

--------------------------------------------------------------------------------

Je suis, comme ce pauvre Aymeric, complètement abasourdie    
Mais où vas-tu chercher tout ça ?  

   

catsoniou
Kalé'reporter



--------------------------------------------------------------------------------
Humeur: couci - couça

Sujet: Re: Le Secret de Notre-Dame ( 2e partie)   Mer 31 Juil - 7:23      

--------------------------------------------------------------------------------

Les Maures n'auraient-ils pas subtilisé le Mors ?

Le MPLK (Mouvement Populaire de Libération Kurde ?) communiquerait-il en Morse ?

Si je peux me permettre de prêcher pour une paroisse voisine, ne faut-il pas, Cher Aymeric, porter vos recherches du côté de Maurs ?



   

Silhène
Maîtrise le sujet



--------------------------------------------------------------------------------
Humeur: résolue

Sujet: Re: Le Secret de Notre-Dame ( 2e partie)   Sam 3 Aoû - 12:31      

--------------------------------------------------------------------------------

Ah, voilà, tout s'éclaire !   La nonnette est démasquée   !

N'empêche que ses copines en robe de bure sont bien diaboliques pour des religieuses. Et elles font du chantage, en plus. Elles ont appris autre chose que le catech' on dirait...

Mon dieu, mon dieu, tout fout l'camp  

     

kz
Kalé'reporter



--------------------------------------------------------------------------------
Humeur: Bonne

Sujet: Re: Le Secret de Notre-Dame ( 2e partie)   Sam 3 Aoû - 22:13      

--------------------------------------------------------------------------------

C'est du bon ! Soeur Thérèse, agent de la DGSE, damned !

_________________
a+ benoit

     

Feuille
Modérateur



--------------------------------------------------------------------------------

Sujet: Re: Le Secret de Notre-Dame ( 2e partie)   Hier à 23:02      

--------------------------------------------------------------------------------

Tout cela semble partir dans des directions bien peu spirituelles ; que de mystères pour un parchemin. Et si tout cela n'était qu'un prétexte ?

_________________
Retrouvez-nous sur Facebook https://www.facebook.com/Kaleidoplumes
et Google+ https://plus.google.com/b/107321334688611812953/107321334688611812953
Revenir en haut Aller en bas
Amanda
Modératrice
avatar


MessageSujet: Le secret de Notre-Dame ( 3e partie)   Jeu 8 Aoû 2013 - 12:50

« Quand on va au bal, il faut danser » ( Henri Cartier-Bresson)


Quelle garce ! Non, mais, quelle garce !
Cette espèce de novice m’a bien eu !

Trop fort le coup du GPS ! Et la petite-sœur-qui- n’a -pas -encore –prononcé- ses -vœux !
Et les larmes ! J’ai bien failli tomber dans ce piège-là !
Mais le pire, le pire, c’est la rumeur créée de toutes pièces pour me discréditer aux yeux de tous !

Ah, « on » veut me forcer la main !
« On » élabore un joli petit chantage pour faire craquer l’imbécile malheureux que je suis !
Et bien, allons-y, en joue, ma belle !

Quand on va au bal, il faut danser !

Aymeric passe à l’attaque !

Il sort de la chapelle en courant, laissant les deux « religieuses » médusées.
« Je pars reconnaître les lieux ! Je veux voir à quoi ressemble cette Abbaye ! »
Sœur Thérèse se précipite sur ses talons.

« Rénovée récemment, l’Abbaye d’architecture cistercienne se pare, si j’ose dire, d’une simplicité poussée à l’extrême. Monstres et démons ne sont pas de mise, rien ne doit distraire le recueillement, tout juste rompu par le chant des cigales.
Un tracé rigoureux, une épure décorative…
Un volume parfait, un absolu dépouillement…

Et admirez cet arbousier ! Cet « arbre aux fraises « porte des fruits rouges à chair farineuse dont le goût rappelle celui des fraises. Signe particulier : il porte ses fleurs et ses fruits de novembre à mai.
Le saviez-vous, tout cela, ma sœur ? »

Sœur Thérèse secoue la tête. Elle écoute parler l’écrivain, elle boit ses paroles. Elle se sent bien nulle, en fille de ville qu’elle est. Femme d’action sans doute mais inculte…
Et puis Aymeric parle bien, sa voix se fait caresse quand il parle des pierres, des arbres…

Envoûtée, la petite Thérèse ?

Soudain, au hasard du chemin qui borde la bâtisse, Aymeric tombe en arrêt devant ce qui semble être la reproduction d’un blason. Il gratte un peu la poussière, il regarde de plus près et s’exclame : « L’étoile de la nativité ! »

Sœur Thérèse émerge à toute vitesse de sa ballade contemplative et retombe sur terre.

« Expliquez-moi ! On tient une piste ? »
« Voyons, ma petite, vous avez quand même entendu parler des Baux ? Les Baux de Provence ! Pas loin d’ici ! «
Oui, elle connaît. Ouf, elle ne va pas passer pour une idiote !

« L’étoile de la Nativité se trouve sur le blason des Seigneurs des Baux ! »
Oui et alors ?
« Les Seigneurs des Baux affirmaient et affirment toujours, descendre du Roi Mage Balthazar.
Vous pouvez vérifier auprès d’Albert de Monaco, il descend du même arbre ! Généalogique, s’entend.

La fausse novice est soufflée !

Son cerveau programmé à digérer à toute vitesse les informations, se met à additionner.
D’abord, le Couvent de l’Annonciation.
Maintenant la Nativité. Oui, cela se tient !

Il manque un élément, elle réfléchit mais rien ne vient.

Aymeric sourit et lui porte le coup de grâce :
« Et connaissez-vous la devise des Seigneurs des Baux ? Non ?

Et bien voilà « Au hasard, Balthazar ! »
Revenir en haut Aller en bas
Amanda
Modératrice
avatar


MessageSujet: Re: Le secret de Notre-Dame   Jeu 8 Aoû 2013 - 12:52

Revenir en haut Aller en bas
Amanda
Modératrice
avatar


MessageSujet: Re: Le secret de Notre-Dame   Lun 12 Aoû 2013 - 9:47






alainx
Kalé'reporter



--------------------------------------------------------------------------------
Humeur: de tempête à beau fixe

Sujet: Re: Le secret de Notre-Dame ( 3e partie) Lun 5 Aoû - 20:30

--------------------------------------------------------------------------------

C'est quand la scène d'amour torride entre Aymeric et la soeur-faux-cul sur l'autel de la chapelle ?
(je dis ça.... c'est juste une idée pour tes lecteurs qui bavent depuis le 1° épisode...)

et sinon :
Un seigneur de Bail ?
des seigneurs des Baux ?





Feuille
Modérateur



--------------------------------------------------------------------------------

Sujet: Re: Le secret de Notre-Dame ( 3e partie) Lun 5 Aoû - 23:52

--------------------------------------------------------------------------------

Si Aymeric ne se dépèche pas de trouver le document crucial, tu pourras écrire "saigneurs de baux" ...

D'ici à ce qu'Aymeric découvre des "cadavres" dans les placards de la chapelle l'abbaye ...

_________________
Retrouvez-nous sur Facebook https://www.facebook.com/Kaleidoplumes
et Google+ https://plus.google.com/b/107321334688611812953/107321334688611812953



Silhène
Maîtrise le sujet



--------------------------------------------------------------------------------
Humeur: résolue

Sujet: Re: Le secret de Notre-Dame ( 3e partie) Mar 6 Aoû - 18:31

--------------------------------------------------------------------------------

Il a de la ressource Aymeric, et j'ai bien l'impression qu'il est en train de leur monter un flan monumental aux magouilleuses





catsoniou
Kalé'reporter



--------------------------------------------------------------------------------
Humeur: couci - couça

Sujet: Re: Le secret de Notre-Dame ( 3e partie) Jeu 8 Aoû - 21:14

--------------------------------------------------------------------------------

Citation:
Albert de Monaco, il descend du même arbre

Si ce n'était que de moi, il eut pu y rester que cela n'aurait pas changé la face du monde









Revenir en haut Aller en bas
Amanda
Modératrice
avatar


MessageSujet: Le secret de Notre-Dame ( 4e partie)   Lun 12 Aoû 2013 - 10:02



Sous le figuier, près du cloître, Aymeric rêvasse, confortablement allongé dans un transat…

Il sirote une « limonade », enfin plutôt un délicieux muscat.
Non, pas le fameux « Beaumes de Venise » du village voisin, mais celui fabriqué ici dans l’ Abbaye « cuvée spéciale Notre-Dame » comme vient de lui expliquer Sœur Célestine.

Celle qu’il qualifiait hier encore d’ « obèse », s’avère être une personne raffinée.

Sur une petite ardoise (pareille à celle utilisée jadis par les écoliers, en un temps lointain !), elle a posé trois morceaux de bambou remplis à ras bord et quelques petites tranches de pain toastés.
« Fabrication maison ! Tapenade, Sardinade, Poischichade ! » s’écrie-t-elle fièrement en déposant le plateau sur une petite table près du transat.

« Un petit biscuit de pingouin, peut-être ? » demande-t-elle, l’œil malicieux en lui tendant une coupelle de glaçons.
Raffinée et drôle avec ça ! Jamais entendu cette expression !

Aymeric s’en amuse,
Aymeric salive, Aymeric retrouve l’envie, l’envie d’avoir envie …

Il est bien, Aymeric…
Dans une Abbaye, certes, un 5 étoiles , en mieux, en plus calme!
Le ciel bleu, les cigales…

Il est content, Aymeric,
En paix…

Depuis hier soir déjà…
Hier soir, en marionnettiste qui tire les ficelles, il savourait sa victoire !
« Le Hasard, Balthazar » !

Quelle ironie, en effet ! Le plus pur des hasards que cette découverte du blason des Seigneurs des Baux !

La chance aussi…

Que « Sœur Thérèse morde à l’hameçon : Annonciation-Nativité-Mort (enfin, Mors)
Là, il a fait fort Aymeric, très fort !

Comme jeter une bouteille à la mer !
Ah, il fallait la voir courir, la petite de la DGSE !
Galoper pour trouver un ordinateur taper « Mors-Maures…. »

Rechercher frénétiquement les traces de l’invasion sarrasine en Provence…

Pour finalement tomber sur la « Moïe », le petit torrent qui conduit à Nyons dans la Drôme.
« Moïe » signifie en arabe « Miya », les eaux.
Et comme de Moïe à Mors, il n’y a qu’un ruisseau à franchir, ce fut un jeu d’enfant pour les collègues de la DGSE, appelés en renfort, de fouiller le Moulin de Vinsobres attenant à la « Moïe ».
Et d’y retrouver sous les décombres, le coffret contenant le « Mors » !

Tout cela, sans qu’Aymeric ne bouge le petit doigt !

Sauvée l’Abbaye, !

Sauvé le Vaucluse, !

Sauvée la France ! ( enfin, du fléau turc ! Pour le reste, y a encore du boulot.)

Sœur Marie -de -l’I ne tarit pas d’éloges, ses jolies bouclettes blanches dansent la zumba !
Elle balaie d’un large mouvement de son ample manche les protestations d’Aymeric :
« Comment vous n’avez rien fait ? Mais si, au contraire, vous êtes un génie ! Cette petite de la DGSE n’a fait qu’additionner 1+1 pour trouver la solution que vous lui proposiez sur un plateau !
Reposez-vous maintenant, prenez du bon temps ! »

Un vent d’anges passe…

Cela faisait longtemps qu’Aymeric ne s’était autant amusé !
Mettre bout à bout des morceaux de vérité, bien secouer le tout et laisser macérer…
C’est au bout d’une vieille corde qu’on tisse une nouvelle…

Aymeric se fait lézard au soleil…
Les Arts au Soleil ?
Des ailes lui poussent à Aymeric, un projet, une innovation !
Rassembler en ce lieu des artistes de tous bords, marier musique, peinture, écriture en ces murs sacrés…
Et pourquoi pas Gastronomie ? Il faut qu’il en parle à Sœur Célestine !

Aymeric se sent renaître …

« Toute personne qui entre ici, en ressort transformée ! »
Elle a raison, Mère Marie-de-l’I !

Tout excité, Aymeric bondit de son transat, il va soumettre son projet aux sœurs dès ce soir, au dîner !
Il se précipite ver sa chambre ( Non ! Pas une cellule ! Une belle et vaste piève avec un grand lit bien confortable !)
Il va enfin raser cette barbe de huit jours, se faire beau ( pour faire bonne impression !) et…

…vlan ! Dans sa course, il a perdu une espadrille, il trébuche et s’étale de tout son long au pied de la statue de la Vierge, l’une des innombrables statues qui ornent les couloirs de l’Abbaye !
Il tente de se relever, sa cheville gauche refuse, ça fait un mal de chien !

Il lui faut de l’aide, il va appeler au secours quand ses yeux rencontrent des jambes…

De belles jambes…
Nues.
Nues comme les pieds qui sont au bout.

Avec de petits orteils délicatement vernis de rose.

Plus haut, il doit bien y avoir autre chose ?
Il y a, en effet.
Il y a une petite robe à fleurs toute légère qui galbe une poitrine légèrement rebondie.

Cette poitrine… En quelque sorte, elle lui semble familière…


Le cou, le visage, les yeux ( Ah ! Ces yeux !) itou.
La longue chevelure blonde retenue par un simple élastique lui est inconnue.

A découvrir…

Sans un mot, elle tend une main, puis un bras, enfin une épaule et le soutient jusqu’à sa chambre.
Elle sent bon. Jasmin ? Chèvrefeuille ?

Elle le soutient fermement jusqu’au lit.
Sur lequel ils s’écroulent tous les deux.

L’élastique cède, la chevelure blonde se répand sur l’oreiller.
Aymeric n’a plus mal, il va parler, questionner…

Elle pose un doigt sur ses lèvres et murmure :

« Au fait, je m’appelle Thérèse, je ne suis pas sœur, je ne suis pas novice.
Pas novice du tout…
Revenir en haut Aller en bas
Eva-Alix
Maîtrise le sujet
avatar


MessageSujet: Re: Le secret de Notre-Dame   Dim 25 Aoû 2013 - 21:04

J'ai bien aimé ce petit séjour chez mère Marie de ....
Un texte rythme, enlevé qui nous emmène tambour battant dans la cellule finale
Revenir en haut Aller en bas
Silhène
Maîtrise le sujet
avatar


MessageSujet: Re: Le secret de Notre-Dame   Lun 26 Aoû 2013 - 9:39

Quelle fin cool !  ! Est-ce que tu aurais sillonné ta garrigue de long et large pour nous concocter une énigme pareille ?

C'est passionnant, et en plus tout finit par un happy end

quel talent ! 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le secret de Notre-Dame   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le secret de Notre-Dame
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [DisneyToon Studios] Le Bossu de Notre-Dame 2 : Le Secret de Quasimodo (2002)
» Notre Dame de Paris
» [Paramount] Le Bossu de notre-dame (20??)
» Notre-Dame de Paris
» Le Bossu de Notre Dame

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kaléïdoplumes 2 : 2010 / 2013 :: -- ESPACE ECRITURE -- :: Ecriture sur consigne :: Consigne 265-
Sauter vers: