Kaléïdoplumes 2 : 2010 / 2013


 
PortailAccueilFAQMembresRechercherS'enregistrerConnexionArchives 2008/2009L'arbre kaléïdoLe Blog des kaléïdoplumiensKaléïdoplumes sur Facebook
L'aventure continue sur Kaléïdoplumes 3 

Partagez | 
 

 Haykeur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
stasis
Occupe le terrain
avatar


MessageSujet: Haykeur   Mer 31 Juil 2013 - 21:13

Introduction

Automne 2237,

Chère lectrice, cher lecteur, si jamais ce papier fini entre les mains de quelqu’un, je vous remercie de me lire.
Mais permettez-moi de me présenter. Lucien, 164 ans, ancien scientifique au service de l’Ordre, j’ai été radié il y a cent dix ans comme la plupart de mes collègues après avoir créé l’arme ultime, nous l’avons appelé la Suppresseuse. Les explosifs étant devenus pour la plupart obsolète au vu des avancées en technologie de défense et les armes nucléaires ne pouvant être utilisées rapport à leurs radiations incontrôlables, une nouvelle arme fut recherchée, plutôt une nouvelle manière de faire la guerre. Son principe est simple, la Suppresseuse libère une toxine volatile, contaminant le sol où elle se trouve et se propageant dans une zone de deux à dix kilomètres de rayon, asséchant la terre, détruisant toutes récoltes dans la région ciblée et rendant le sol stérile pour plusieurs décennies.

Les cinq premières années de son utilisation, l’Ordre avança facilement, conquit l’Afrique et l’Europe sans vraiment de résistance. Bien sûr, les terres conquises ne devaient pas fournir les ressources pour lesquelles elles étaient désirées… mais cela jamais ne fut jamais suggéré aux informations. Des scientifiques qui travaillèrent sur le projet essayèrent de faire passer l’information, par internet. La plupart disparurent dans les quelques semaines, avant même d’être entendu par la masse et leurs messages censurés. Je décidais donc de prendre la fuite loin de mon pays, vers l’île que vous appelez pour l'instant le Japon.

Là-bas, j’ai vécu quelques années en ermite, un chaman ayant laissé son pays natal m’appris son art (surtout à contrôler mon esprit et mon corps par la méditation) avant que je reparte vers la civilisation. Les premiers effets secondaires se firent ressentir pendant ma retraite sur le mont Fuji, le poison infiltrant la mer, les poissons moururent par millions et les rares ramenaient par les pécheurs n’étaient plus bons à la consommation. Mais l’utilisation massive continua. Sans doute que les recherches cherchant à rendre la toxine plus tenace finirent par la rendre résistante au contact avec l’air et elle envahit le ciel, détruisant toute trace de vie ne s’adaptant pas assez vite. Les villes commencèrent à être construites sous terre pour se protéger de la Suppresseuse, imitant par là les fourmis qui n'avaient pas l'air affecté par le fléau. J’ai été contacté pour reprendre mon travail de scientifique sur un nouveau projet : le voyage dans le temps. La seule solution que nous voyons de nos jours pour sauver la race humaine est de modifier l’Histoire avant qu’elle ne se lance dans sa course folle vers la falaise.

Comme vous le prouve la feuille que vous êtes en train de lire, nous avons fini par réussir, après quasiment un siècle d’essai et de recherche. Malheureusement, je suis le dernier survivant de notre petite équipe. Chère lectrice, cher lecteur, j’espère que vous me pardonnerez d’avoir détruit votre naïveté mais aucune autre solution n’a été trouvée autre que celle-ci, faire confiance aux générations passées. Notre laboratoire se trouve sous les ruines d’un ancien temple, nous espérons que cela nous portera chance, j'ai choisi d’envoyer notre lettre ici-même, espérant qu'il tombe entre les mains d'un moine pieu et humaniste.

Ne pensez pas que cette lettre est l’œuvre d’un fou ou d’un comique, j’espère que l’alliage sombre sur lequel j’écris vous fera réfléchir, seule matière infranchissable par la Suppresseuse, nous l’appelons Cojitau...

Lucien
Revenir en haut Aller en bas
catsoniou
Kalé'reporter
avatar


MessageSujet: Re: Haykeur   Jeu 1 Aoû 2013 - 7:14

Hé bé ! comme on dit dans ma province nichée au coeur de la France profonde, encore ignorée de la suppresseuse - 1er août 2013- , voici une bien curieuse missive écrite, je l'espère, par un repenti  de l'acte de destruction auquel il s'est livré dans sa jeunesse.

Et j'imagine que si Dieu, lui aussi fort heureusement épargné, grâce à la barrière infranchissable des cieux  non atteints par la pollution et la folie des hommes, Dieu donc a donné une certaine immortalité à Lucien, c'est pour lui accorder une possibilité de rachat de son âme par  "le voyage dans le temps".

Pour ma part, cats, automne 2237 -  en pénitence dans un coin du Purgatoire *,prière  je suis partant pour figurer parmi les voyageurs du temps. S'il s'agit de modifier le cours de l'Histoire, vénérable Lucien, je saurais me comporter en  auxiliaire utile...

* Si j'osais, je dirais que Saint-Pierre à mon arrivée, s'est fourvoyé en m'expédiant en pénitence. Que Diable,  pardon Seigneur ! Au cours de mon passage éphémère sur Terre, je n'ai accompli que de belles et bonnes choses auréole 

Sinon stasis salut bas
Revenir en haut Aller en bas
alainx
Kalé'reporter
avatar


MessageSujet: Re: Haykeur   Jeu 1 Aoû 2013 - 11:47

Une intro pleine de délicieuses promesses.....
J'adore ce genre de traitement de la consigne de départ.

D'autant qu'on attendra peut-être pas l'an 2327 pour inonder la planète des saloperies bactériologiques déjà toutes prêtes et qui attendent qu'enfin de "dignes fanatiques religieux" envoient l'humanité ad-patres...

C'est toujours intéressant de savoir ce qui nous attend....

la suite !
la suite !

je lis
Revenir en haut Aller en bas
Amanda
Modératrice
avatar


MessageSujet: Re: Haykeur   Jeu 1 Aoû 2013 - 16:36

Un texte tout à fait hors du commun et hors du temps !

Très original, il semblerait que tu vas encore nous surprendre !

cool ! 

Quelle imagination !bravo 
Revenir en haut Aller en bas
Nerwen
Modératrice
avatar


MessageSujet: Re: Haykeur   Lun 5 Aoû 2013 - 18:14

J'adore les histoires post-apocalyptiques et l'idée très originale de faire confiance aux générations passées . bravo
Comme les autres lecteurs, je réclame la suite !
Revenir en haut Aller en bas
ESCANDELIA
Kalé'reporter
avatar


MessageSujet: Re: Haykeur   Lun 5 Aoû 2013 - 19:38

faire confiance aux générations passées ..hum, avec ce qu"elles vont laisser ! c'est risquer, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Feuille
Modérateur
avatar


MessageSujet: Re: Haykeur   Lun 5 Aoû 2013 - 22:16

Ah, le cycle du perpétuel recommencement, ou est-il réellement possible de modifier le passé ou le futur. Il y a comme une petite pensée pour l'armée des douze singes Wink

_________________
N'hésitez pas à nous rejoindre et partager sur :

Facebook https://www.facebook.com/Kaleidoplumes
et
Google+ https://plus.google.com/b/107321334688611812953/107321334688611812953
<a href="https://plus.google.com/107321334688611812953" rel="publisher">Google+</a>
Revenir en haut Aller en bas
stasis
Occupe le terrain
avatar


MessageSujet: Re: Haykeur   Mer 14 Aoû 2013 - 13:44

Le Japon, une belle île, ça on ne lui avait pas menti… « Surtout, ne reste pas sur les côtes sud-est, tu vas te perdre dans une mégalopole bien pire que celle que tu fuies. » Mais ils auraient pu le prévenir que prendre un guide ne serait pas de trop en partant au nord.

Les montagnes sauvages du soleil levant lui correspondaient, Haykeur rageait un peu, ayant l’impression de tourner en rond, mais il lui suffisait de se remémorer son ancienne vie pour repartir avec le sourire, profitant de la brise fraiche sur son visage. Par contre, il fallait qu’il pense à manger, ses vivres s’épuisaient lentement, il fallait qu’il se l’avoue… il était perdu, même hors de la mégalopole. Il avait fait le choix de suivre un ruisseau, le remontant lentement, s’enfonçant de plus en plus dans les terres sauvages, entrant dans une forêt vierge. Au moins il avait toute l’eau nécessaire. Il s’assit les pieds dans l’eau, laissa sa main tremper jusqu’à ce qu’un poisson se glisse dedans. Il le saisit, remercia mère nature ; tout en le sortant de l’eau, il le remercia aussi. Il alluma un feu  et après son repas, Haykeur s’endormit lentement, écoutant la rivière s’écouler et les ancêtres murmurer dans les feuilles de la forêt.

Au réveil, Haykeur s’apprêtât à recommencer son périple en suivant le cours d’eau. C’est là qu’il vit l’eau s’écouler autant vers l’amont que vers l’aval, sans pour autant laisser une ligne de démarcation claire. En face de lui, la rivière stagnait, la surface agitée par des tourbillons. Il s’assit et sortit son cahier de voyage, feuilleta les premières pages remplies de textes écrits à la va-vite à la recherche d’une page vierge puis il commença à faire des croquis de ce qu’il voyait devant lui. Le dessin n’était pas son art privilégié mais il trouverait bien de quoi écrire sur un phénomène pareil plus tard. Quand il fut satisfait de son dessin, il posa son crayon pour chercher à comprendre ce qu’il voyait. À l’instant où il le posa, il vit de l’eau s’écouler dans la rivière de la rive opposée à lui, d’abord lentement, puis de plus en plus. Après quelques minutes à regarder s’élargir le nouvel affluent, on aurait pu croire un cours d’eau naturel, se divisant en deux. Après avoir admiré non sans crainte le nouveau paysage, il se posa et écouta ce qui l’entourait, attendant une réponse. Il vit des truites de montagnes, des yamames, remonter le nouveau flux aquatique. Il traversa la rivière, de l’eau jusqu’aux cuisses, pour pouvoir longer la berge naissante.

Pendant deux jours, il marcha dans une forêt qui n’en finissait pas, pêchant pour se nourrir. La forêt se fit plus dense, plus sombre mais les murmures qu’il entendait le pousser à continuer, à presser le pas. D’un coup, Haykeur arriva dans une clairière, un bâtiment au milieu avec des murs immenses et des douves profondes, le surplus d’eau s’écoulant en un ruisseau qu’il avait suivi. Il n’hésita pas longtemps et se rapprochant, il héla de potentiels occupants. Il n’eut aucune réponse. Face à un mur, il choisit de faire le tour pour trouver une entrée. Les douves étaient claires, il vit de nombreux poissons à l’intérieur nager et s’approcher de lui pour regarder un étranger. Le bâtiment de forme carré faisait penser à un château, sans tour de garde, les murs vert clair à cause d’une sorte de mousse qui l’envahissait. Sur la face opposée à l’arrivée d’Haykeur, un pont de fortune, fait de planches larges et épaisses menait à l’entrée, une immense porte de 4 mètres de haut, sculptée dans un bois aux reflets bleus, des bas-reliefs représentant l’histoire du Japon à travers les âges sur la partie extérieure de la porte. Arrivé au pied du pont, un homme portant une robe bouddhiste l’appela :
«  Étranger ! Que faites vous sur ces terres ? Êtes-vous perdu ? Entrez, entrez, venez vous restaurer. »

Malgré un sourire accueillant, une sorte de hallebarde était attachée derrière son dos. Haykeur se dit que pour un garde, ce n’était pas choquant d’être armé, même chez des bouddhistes, il acceptait l'invitation et entra dans le "temple".
Revenir en haut Aller en bas
Amanda
Modératrice
avatar


MessageSujet: Re: Haykeur   Jeu 15 Aoû 2013 - 10:11

Nous voilà donc au coeur de l'action, après un long cheminement que tu décris très bien.

Hâte de lire la suite !flower 
Revenir en haut Aller en bas
stasis
Occupe le terrain
avatar


MessageSujet: Re: Haykeur   Ven 23 Aoû 2013 - 14:31

Le garde lui fit signe de le suivre, il entra dans la battisse imposante. La cour était sombre, il fut étonné de voir un toit végétal, des feuillages épais dominaient à environ quatre mètres de hauteur, filtrant une grande partie de la lumière solaire. Des lampions étaient suspendus pour éclairer, diffusant une douce lumière violette. Le garde lui expliqua que l’éclairage venait de vers luisants et de lucioles, les larves étant nourri par de petits insectes ou gastéropodes se trouvant à profusion dans les frondaisons depuis qu’ils en avaient introduit. Ils n’avaient pas besoin de les capturer, les lampions étant ouverts sur le dessus, les insectes entraient et sortaient. Haykeur admira les branchages et vit de nombreux vers luisants rampant entre les feuilles et quelques lucioles volant par-ci par-là.
« Bon, nous trichons un peu, tous les trois jours, on change une pierre au fond des loupiotes qui les attire, ayant l’odeur des mâles et des femelles… mais comme ça, ils se trouvent plus facilement au final».
Son guide parti d’un rire joyeux qui fit sourire Haykeur, de très bonne humeur au vu de la forte énergie vitale dégagée par l’endroit. Il remarqua de nombreux moines s’affairant à des tâches variées mais il n’en vit aucun désarmé. Ils passèrent derrière une étable au milieu de la cour, un vieil homme les observait. Il était adossé contre un tronc d’arbre massif, peut-être un mètre d’envergure. C’est à ce moment qu’Haykeur s’aperçut, sous le choc, que c’était le premier tronc qu’il avait croisé. L’homme se redressa et, s’aidant d’une canne, les rejoignit. Il tapa dans le dos du nouveau venu :
« Vous faites une tête d’enterrement jeune homme… », puis il éclata de rire.
Haykeur se vexa, soupçonnant l’ancien d’attendre contre cet arbre pour voir l’expression de stupeur des jeunots au moment où ils finissent par comprendre qu’un unique arbre voit son feuillage s’étendre sur plusieurs centaines de mètres. Reprenant son sérieux, il se présenta :
« Je me nomme Akitaka, je suis le moine supérieur de ce monastère, je vous souhaite la bienvenue. J’ai de nombreuses questions à vous poser, mais cela attendra, venez vous restaurer.
« - Haykeur, écrivain vagabond, enchanté de vous rencontrer. »
Pendant qu’ils parlaient, le garde s’était éclipsé pour rejoindre son poste.

Accolé aux écuries, un bâtiment de deux étages se dressait, où tous les moines vivaient. Le rez-de-chaussée était une taverne, pièce à vivre et de détente, trois cheminées incrustées, une dans chaque mur sauf celui où se trouvaient les portes et l’escalier. Le premier étage servait de réfectoire pour une partie, de douches pour l’autre, le second étant le dortoir. Il leur fut servi des assiettes légères, poissons et légumes poussant dans le monastère.
« Il n’y a que peu de tables pour nourrir tout le monde, comment vous organisez-vous à midi ?
« - Les lamas et visiteurs mangent quand ils le désirent et non tous en même temps, il suffit de rester raisonnable et ne pas venir manger toutes les heures. Le prêtre ricana en précisant, si aucun cuisinier n’est aux fourneaux, il suffit de se servir soi-même. Haykeur, comment avez-vous trouvé notre temple ? »
Haykeur raconta comment il vit la rivière se créer devant ses yeux, il sortit ses desseins pour les montrer au moine et enchaîna sur son choix de la suivre, poussé par les ancêtres utilisant les poissons pour faire passer leur message. Au départ peu convaincu, Akitaka finit par voir un signe à son arrivée, il s’ensuivit une discussion sur les croyances de l’un et de l’autre. Des petits groupes de deux ou trois lamas venant manger s’approchèrent pour écouter le débat pacifique entre les deux interlocuteurs, demandant des précisions sur ses choix de vie nomade, sur comment communier avec la nature qui les entourait alors qu’Haykeur se renseignait sur la vie dans le sanctuaire isolé, il apprit que les villages alentour faisaient de nombreuses offrandes et qu’ils descendaient souvent à cheval jusqu’à la ville, par deux ou trois.

Après trois ou quatre heures ayant continué dans la taverne, autour d’une sorte de saké, Akitaka proposa de lui faire visiter le dernier bâtiment du château, la bibliothèque, se trouvant de l’autre côté des écuries. La bibliothèque était plus large mais de plain-pied, le toit n’atteignant pas le feuillage au-dessus. Coupée en deux par une cloison, la bibliothèque était divisée en une zone de méditation et une zone d’apprentissage par les livres. Akitaka voulait lui montrer un livre sur Gaïa, la terre mère, afin qu’il puisse confirmer ou infirmer ce que disait le manuscrit. Une forte rafale de vent fit claquer la porte d’entrée et toutes les fenêtres ouvertes, faisant tomber des étagères une feuille de plomb aux reflets argent et orange.


L’avion atterrit à une dizaine de kilomètres de Saint-Louis, dans le Missouri. Haykeur fut rejoint par deux prêtres qui l’attendaient. Le message venant du futur était déjà connu depuis une année environ, Akitaka ne put expliquer comment il c’était perdu au milieu des étagères mais cela suffit à mettre Haykeur dans la confidence. Un laboratoire travaillait à la création de toxine détruisant la terre. Des dizaines de lamas furent envoyés au fil du temps pour installer un QG en quelques mois dans la plus grande discrétion, c’est là que l’écrivain fut amené. Il comprit rapidement que, paradoxalement, le laboratoire était financé par une firme ayant pour objectif d’augmenter la productivité des cultures. Trois jours plus tard, un raid commando devrait avoir lieu pour s’informer sur les avancées de la Suppresseuse et pour saboter si possible les recherches du laboratoire…
Revenir en haut Aller en bas
alainx
Kalé'reporter
avatar


MessageSujet: Re: Haykeur   Ven 23 Aoû 2013 - 20:51

Ça se complique......
Revenir en haut Aller en bas
stasis
Occupe le terrain
avatar


MessageSujet: Re: Haykeur   Mer 28 Aoû 2013 - 15:01

3h13
Un chien aboie au loin. Une lune rousse regarde deux ombres se déplacer entre les ruelles, sortant de derrière les nuages. Un camion s’arrête devant une grille lourde.
« Bonjour, j’amène la nouvelle cargaison de rats de laboratoire.
« - Vos papiers je vous pris… Je peux regarder à l’intérieur du camion… Allez-y, deuxième hangar à gauche… »
3h22
Un garde dort dans son cabanon. Un moine entre, oreillette à l’oreille. Le portail du laboratoire s’ouvre lentement. Les deux ombres se glissent dans l’enceinte.
« Nous sommes dans la place Akitaka…
« - Très bien, vous savez ce que vous avez à faire. »
Le moine regarde le garde puis lui touche le front du bout des doigts :
« Tu devrais porter des gants quand tu aimes toucher à tout. »
3h24
« Aika se charge du hangar, c’est le seul bâtiment où les cartes magnétiques ne sont pas nécessaires. Nous deux, vérifions les laboratoires… »
Aika s’extrait enfin de l’arrière du camion, ils n’avaient pas pu faire de fausses cartes pour une femme, mais elle ne resterait pas à admirer.
« Bien reçu Hidekazu. »
3h28
Haykeur entre sans difficulté dans les laboratoires ouest, il pensait qu’il y aurait plus de système de sécurité. Il salue un rat de laboratoire avant de lui ouvrir sa cage.
Aika souffle à la "cargaison" de se calmer, qu’ils ne resteront pas enfermés longtemps. Puis elle commence à vérifier tous les camions garés dans le hangar.
Hidekazu reste dans le cabanon, allonge le gardien sur le sol, prenant sa place et surveillant les écrans de contrôle.
Haneki pénètre  la zone tout publique, cherchant à se frayer un chemin vers les quartiers des têtes dirigeantes.
3h32
Aika sort du premier camion après avoir vérifié la cargaison (des produits chimiques en sacs de 40kg), un garde la voit et lui demande ses papiers en s’approchant.
3h36
Haneki trouve où l’on produit les engrais chimiques, l’envie de détruire toutes ses mécaniques le ronge, mais il sait qu’il doit être patient, il se dirige vers l’escalier de service pour rejoindre le dernier étage.
La moniale fait mine de lui tendre sa carte de sécurité puis elle lui agrippe le poignet. Le poison traverse la peau et le garde voit des points lumineux. Quelques secondes plus tard, il tombe en arrière pour une sieste de quelques heures.
3h40
Haykeur suit le rat qui le guide où toutes sortes d’expérience lui ont été faites pour tester son intelligence : labyrinthes, diodes qui s’allument ou non selon ses agissements ou encore des expériences sociologiques sur des groupes de rats plus ou moins grands.
Le rat gratte à une porte.
Aika ouvre son cinquième camion, découvrant des dizaines d’armes du type Kalachnikov AK-47 :
« Attention les gars, ils sont armés et pas qu’un peu… »
3h41
Hidekazu accueille un véhicule militaire, à l’arrière, une dizaine de mercenaire attendent patiemment. Il les laisse passer après avoir prévenu le reste de son équipe.
3h42
Après avoir vérifié les alentours, Haykeur ouvre la porte avec sa carte magnétique…
3h42m06
Une détonation a lieu. L’épaule d’Haykeur saigne. Il tombe à la renverse, la porte se refermant entre le pistolet et lui.
3h42m11
« C’était quoi ça ? On dégage… Aika, libère notre cadeau. »
3h42m17
Des milliers de rats sortent du hangar, courant dans tous les sens.
3h42m20
Haneki descend l’escalier quatre marches par quatre marches.
3h42m25
Le véhicule militaire se renverse. Les mercenaires ont le temps de sortir de l’arrière. Le conducteur est bloqué par le volant et s’est brisé le tibia.
La porte magnétique s’ouvre. Haykeur s’évanouit
Haneki sort dans la cour, caché dans les ombres.
3h42m38
Haneki sort son arme à feu, un Beretta M9 offert par son père, ancien agent secret. Normalement, aucune arme à feu n’est utilisée, mais à cause de l’attachement affectif qu’il lui porte et de sa maitrise, Akitaka lui a permis de le garder.
Un mercenaire le voit, il donne l’alerte.
3h42m39
Le Beretta M9 crache un projectile.
3h42m39s13
Le véhicule explose, projetant de nombreux débris aux alentours.
3h42m40
Plusieurs rats proches de l’explosion prennent feu. Poussés par la folie et la douleur, ils sautent sur les mercenaires à terre, mordent et griffent.
3h44
Haykeur se fait recouvrir de rats.
Le tireur prend peur et recule, la porte se ferme alors que seulement trois rongeurs ont pu passer. Le premier se prend un coup de pied rageur, les deux autres s’enfuient.
À l'extérieur, l’équipe est regroupée, cherchant à contacter Haykeur.
« Hidekazu, c’est Akitaka. Dégagez. Les capteurs d’Haykeur ne donnent plus aucun signe de vie… Il est mort, sortez ! La mission est un échec…»
3h52
Le tireur n’entendant plus aucun son à l’extérieur, il tente d’ouvrir la porte. Le couloir est vide, plus de rats, plus de corps…
Les nuages gagnent enfin contre la lune, la cachant jusqu’au matin.
Revenir en haut Aller en bas
ESCANDELIA
Kalé'reporter
avatar


MessageSujet: Re: Haykeur   Dim 1 Sep 2013 - 14:28

Stasis, ton aventure est intéressante, il faut que je la relise très attentivement, le mystère qui s'en dégage incite à aller plus loin dans la réflexion, promis, je reviens bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
stasis
Occupe le terrain
avatar


MessageSujet: Conclusion   Mar 3 Sep 2013 - 16:38

Suite et fin :
Le corps inconscient gît entre les racines d’un saule pleureur vieux de deux siècles. Le corps est entaillé des centaines de fois, légèrement. Le sang coule le long des racines aériennes jusqu’au lac à ses pieds. Les branches de l’arbre descendent jusqu’à toucher l’onde calme. Depuis une semaine, le corps est protégé par ce dense feuillage. Les rats sont arrivés par centaines, le tirant grâce à leurs incisives, se relayant souvent par groupe d’environ vingt. Ils l’ont ensuite abandonné au saule, pensant que ça serait sa meilleure chance de survie. Depuis, les branches l’ont enlacé, resserrant la blessure de son épaule, certaines feuilles laissent écouler la rosée du matin et du soir entre ses lèvres, d’autres sur les morsures, les cicatrisant rapidement.

Le neuvième jour, le corps commença à bouger, glissant du lit de racines pour tomber dans le lac. Le réveil fut brutal et tout lui revient en mémoire…

Haykeur se redressa, trempé, il s’adossa au tronc de l’arbre, le remerciant pour ce qu’il avait fait. La mission est sans doute un échec. Son système radio ne fonctionne plus, il n’a aucun moyen de donner des informations rapides. Appuyant son front à l’arbre, il interroge sa mémoire. La communication n’est pas aisée, un esprit sylvestre étant différemment organisé, beaucoup plus lent, beaucoup plus ancien. Il sait maintenant d’où sont venus les rats, il suit donc la piste pour retourner d’où il vient. Le retour à la base se fera sans encombre.

L’avion atterrit dans une prairie prévue à cet effet. Une grande fête est organisée pour son retour. Il apprend que, malgré le peu de dégâts que le commando a pu faire, les rats enflammés ont fait des ravages dans les entrepôts, plusieurs camions ont pris feu, les explosions s’enchainant aux incendies, les flammes atteignirent les stocks d’engrais en production, hautement inflammable. Même si ce n’est qu’un petit ralentissement, c’est toujours ça de pris d’après Akitaka.

Le lendemain matin, le chef réveille Haykeur, il l’amène dans son bureau où se trouve un énorme classeur :
« Ayant été la raison de la réussite de l’opération d’il y a deux semaines, vous êtes apte à apprendre notre secret… »
Il ouvre le classeur sur une dizaine de pages en Cojitau…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Haykeur   

Revenir en haut Aller en bas
 
Haykeur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kaléïdoplumes 2 : 2010 / 2013 :: -- ESPACE ECRITURE -- :: Ecriture sur consigne :: Consigne 265-
Sauter vers: