Kaléïdoplumes 2 : 2010 / 2013


 
PortailAccueilFAQMembresRechercherS'enregistrerConnexionArchives 2008/2009L'arbre kaléïdoLe Blog des kaléïdoplumiensKaléïdoplumes sur Facebook
L'aventure continue sur Kaléïdoplumes 3 

Partagez | 
 

 La première impression n’est pas toujours la bonne

Aller en bas 
AuteurMessage
Tobermory
Occupe le terrain
avatar


MessageSujet: La première impression n’est pas toujours la bonne   Ven 1 Nov 2013 - 18:52

Les miroirs feraient bien de réfléchir un peu avant de renvoyer les images. Il y va parfois du bonheur des gens, comme le montre l’histoire de Gilles et de Karine.

Depuis son enfance, c’était de la méchanceté que  Gille tirait sa raison de vivre. C’était son oxygène, ses vitamines. Au fil des ans, cette noirceur de l’âme s’était incrustée dans ses traits, tissant une toile d’araignée de rides dans laquelle on pouvait lire la perversité, la ruse, le vice et toutes les nuances de l’abjection. Selon les critères ordinaires, ce visage était  laid, plus repoussant que n’importe quelle disgrâce physique. Pourtant le mal l’habitait avec une telle ferveur qu’il lui donnait l’éclat ténébreux d’un diamant diabolique qui fascinait les hommes et subjuguait les femmes.

Arrivé à la quarantaine, Gilles n’avait pas échappé à cette crise dont tant d’hommes connaissent les affres. Chez lui le bouleversement avait eu la violence d’un tsunami emportant tout sur son passage. Sa vie lui avait soudain fait horreur. Le mal, qui avait si longtemps embrasé les tréfonds de son être, lui apparaissait maintenant comme une pitoyable routine, un carburant poussif incapable de le faire avancer. Alors il avait inversé la vapeur, il avait découvert avec tout autant de frénésie la joie d’être bon, de comprendre les autres, de les aimer, une joie qui illuminait son âme. Mais son visage ne suivait pas, comme en témoignait chaque jour son miroir. Il avait perdu la séduction pernicieuse de la période antérieure sans acquérir l’aura de la bonté. Il n’était plus qu’une hideuse coquille vide, une fleur du mal flétrie.

Gilles trouvait injuste d’avoir à payer la note d’une première existence qu’il reniait entièrement et dont il se sacrifiait à réparer les dégâts. Peut-être faudrait-il du temps se disait-il, le temps que son corps évacue les toxines dont son âme s’était quant à elle si vite débarrassée. Le problème se posait avec acuité depuis qu’il avait rencontré Karine. Cela s’était passé dans une ruelle obscure, où il avait porté secours à la jeune femme que des voyous molestaient. Il lui avait donné son numéro de téléphone au cas où. Elle l’avait rappelé plusieurs fois et ils avaient correspondu par mail. Il n’y avait pas de doute, ils étaient faits l’un pour l’autre. Elle insistait pour qu’ils se revoient et ne comprenait pas pourquoi  il différait sans cesse alors qu’il lui répétait – et en termes si passionnés – qu’il l’aimait. L’autre nuit, lors de l’incident, il avait veillé à toujours garder son visage dans l’obscurité : elle avait eu assez de frayeurs comme ça.

Il dormait mal, attendant et appréhendant à la fois les premières heures du jour, où il lancerait un coup d’œil furtif dans son miroir, espérant enfin le miracle. Hélas rien ne changeait, c’était toujours les mêmes traits répugnants qu’il apercevait. Au téléphone, Karine pleurait, le suppliait. Pourquoi la faisait-il souffrir ainsi, alors qu’il avait été si bon avec elle et qu’il disait qu’il l’aimait ? Comment aurait-il pu lui expliquer que tant qu’il porterait ce visage, ils ne pouvaient se rencontrer ?

Un jour on sonna à sa porte. C’était Karine. Comment avait-elle trouvé son adresse, peu importait. Maintenant qu’elle avait vu son visage, tout serait fini entre eux. Sans lui laisser le temps de dire un mot, il la bouscula, se précipita dans la rue et se jeta sous la première voiture qui passait. Il fut tué sur le coup. Karine fut d’autant plus inconsolable que l’espace d’un instant elle l’avait vu en pleine lumière : un visage,aussi beau et doux que celui d'un ange.

Le miroir, lui, avait été tellement impressionné par le premier reflet de Gilles  qu’il n’avait jamais pu admettre que cette nouvelle apparence était bien la sienne.
Revenir en haut Aller en bas
Amanda
Modératrice
avatar


MessageSujet: Re: La première impression n’est pas toujours la bonne   Sam 2 Nov 2013 - 10:49

C'est une fable que tu nous contes, un peu de Dr Jekyll et Mister Hyde.

Bien ficelé.

Je n'ai cependant pas saisi la fin : Karine a vu son visage " aussi beau et aussi doux que celui d'un ange"

Mais le miroir n'avait pas admis sa nouvelle apparence, restant sur la première. J'ai du mal avec cela, le miroir serait donc une personne à part entière ?

En fait, c'est parce que j'aime bien les histoires qui finissent bien !
Revenir en haut Aller en bas
Tobermory
Occupe le terrain
avatar


MessageSujet: Re: La première impression n’est pas toujours la bonne   Sam 2 Nov 2013 - 11:00

Oui, tu as bien compris : le miroir continuait à lui renvoyer l'image de son ancien visage alors que, sans le savoir, il en avait changé. Le miroir est donc considéré sinon comme une personne, du moins comme une entité capable de sentiments et d'une certaine réflexion (au sens humain). C'est bien un peu ça dans la phrase de Cocteau.

Maintenant si tu préfères, je peux faire une fin alternative heureuse (j'ai hésité entre les deux).
Revenir en haut Aller en bas
catsoniou
Kalé'reporter
avatar


MessageSujet: Re: La première impression n’est pas toujours la bonne   Sam 2 Nov 2013 - 20:00

Belle histoire à la fin tragique et, pour ma part, cette fin me parait s'inscrire dans la logique :
quelle que soit l'image reflétée par le miroir, l'amour de Karine était si fort qu'en ce visage tourmenté, elle décelait la beauté de l'âme. Une beauté qui n'était pas encore perceptible par Gilles...

Et Tobermary   quel talent !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La première impression n’est pas toujours la bonne   Dim 3 Nov 2013 - 10:01

Son miroir renvoie à Gilles le reflet de son âme, noircie par la méchanceté et ses dérivatifs. Or, si Gilles a changé et s'est appliqué à devenir bon, il ne se voit pas pour autant défféremment dans ce miroir. On dit que "les objets inanimés auraient une âme". Je ne sais pas si c'est ce que tu as voulu montrer ici mais je pense que Gilles, quoi qu'il fasse et bien que se sachant meilleur, ne peut effacer au fond de lui les traces de son passé et il ne verra physiquement jamais autrement que laid. Et l'amour qu'il éprouve pour Karine ne fait qu'amplifier ce phénomène qui lui sera fatal.
Beaucoup de philosophie et d'humanité dans ton texte Tober. J'ai beaucoup aimé cette histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Cassy
Admin
avatar


MessageSujet: Re: La première impression n’est pas toujours la bonne   Lun 4 Nov 2013 - 17:52

Moi aussi j'ai aimé ton histoire, je ne pense pas qu'il puisse y avoir une autre fin, sinon, l'histoire elle-même serait moins "forte". et je trouve que ça va bien avec l'univers de Cocteau!
winner 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La première impression n’est pas toujours la bonne   

Revenir en haut Aller en bas
 
La première impression n’est pas toujours la bonne
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Prix première impression / Le mouv
» [ETE 2010] Animés à venir, le programme !
» Première impression
» CS5, première impression
» [INFOS] Première impression jelly bean 4.1.1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kaléïdoplumes 2 : 2010 / 2013 :: -- ESPACE ECRITURE -- :: Ecriture sur consigne :: Consigne 275-
Sauter vers: