Kaléïdoplumes 2 : 2010 / 2013


 
PortailAccueilFAQMembresRechercherS'enregistrerConnexionArchives 2008/2009L'arbre kaléïdoLe Blog des kaléïdoplumiensKaléïdoplumes sur Facebook
L'aventure continue sur Kaléïdoplumes 3 

Partagez | 
 

 Quand canard rime avec dollars

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tobermory
Occupe le terrain
avatar


MessageSujet: Quand canard rime avec dollars    Ven 6 Déc 2013 - 18:44

Quand le patron m’a demandé de couvrir l’enquête sur les disparitions au poulailler de Cocoricocoon , j’ai commencé par pousser un cri d’indignation. Comment, une affaire de volaille ? C’était le niveau encore en dessous du chien écrasé. En fait, n’étant lecteur ni de « Poule people », ni de « Galla, la revue des gallinacées de la haute », j’ignorais tout de cet ovni avicole qu’est le poulailler de Cocoricocoon. Un endroit qui a autant de rapport avec la basse-cour de base que le Château de Versailles avec un bidonville. Un peu d’historique d’abord. Ce poulailler hors-norme fut créé en 1983 par Anatole Coquard, magnat de l’œuf et de la volaille en batterie, qui, pris de remords sur la fin de sa vie, voulut ainsi se racheter du martyre qu’il avait infligé à la gent emplumée. Et il faut dire qu’il n’a pas fait les choses à moitié : un domaine de vingt hectares, planté de pelouses et d’arbres, un abri en marbre avec perchoirs en bois précieux, une vaste piscine chauffée pour les canards et j’en passe.

Bien entendu, un tel paradis n’est pas accessible au tout venant des basse-cours. N’y sont admis que le gratin :  poules de luxe, pouletboys patentés et les canes les plus canon.  Voilà pourquoi l’affaire  provoquait des remous en haut lieu. L’affaire ? Deux personnalités bien connues avaient disparu de cette résidence grand standing :   O’Marron, la dinde, et le sieur Canargras. En raison du côté sensible de l’enquête, elle fut confiée à un as du Quai des orfèvres, le célèbre Commissaire Magret. Discutant avec les uns et les autres, il put se rendre compte que les deux disparus n’étaient guère aimés des autres résidents.  O’Marron, une énorme matrone, était qualifiée de snobinarde sans cervelle, qui ne cessait de se vanter. Quant à Canargras, il passait pour un magouilleur de première, barboteur en eaux troubles et qui n’hésitait pas à farfouiller dans la vase quand cela pouvait lui rapporter. Bref, un ruffian au foie hypertrophié, mais par ailleurs sans foi ni loi.

En fait à Cocoricocoon, on se fichait éperdument du sort de ces deux là, mais on craignait qu’ils ne soient  que les premiers sur la liste d’un serial Killer, prédateur à deux ou quatre pattes. De quoi vous flanquer la chair de poule… Magret les rassura, on avait trouvé aucune trace de sang ni empreintes suspectes. Rapidement le commissaire acquit la conviction que les deux disparus étaient partis de leur plein gré et ensemble. Certes, ils ne se fréquentaient pas et même se méprisaient, mais sans doute la fatuité et la sottise de l’une d’un côté, l’appât du gain et l’absence de scrupule de l’autre les avait rapprochés. Autrement dit Canargras avait dû faire miroiter quelque chose à la dame pour en tirer quelque profit. Mais comment ? O’Marron malgré ses grands airs n’avait pas un sou vaillant, quand à payer de sa personne, on voyait mal comment car la rombière était très loin d’être une bimbo.

Interrogeant  ses parents installés dans le Périgord, Magret apprit  que le 5 novembre, leur fille leur avait annoncé qu’elle était invitée à une fête prestigieuse avant un mois, mais que pour l’instant elle devait garder le secret. Avant un mois ? Le commissaire donna un coup d’œil au calendrier : aucune ne fête en vue dans cette période, à part l’Armistice, et on voyait mal en quoi cette célébration pouvait  concerner une dinde. Une fête étrangère alors ? Et soudain l’illumination : Thanksgiving ! Le 28 novembre 2013. Voilà le seul atout dont le filou pouvait tirer profit chez cette pauvre idiote : sa chair abondante et délicieusement infiltrée de graisse. Magret donna le signalement des deux fugitifs à ses collègues du FBI. On mit la main sur Canargras, mais pour O’Marron, il était trop tard : elle avait déjà été occise, farcie, rôtie et dévorée par la famille américaine à qui l’escroc l’avait échangée contre un gros paquet de dollars qu’on trouva caché dans son plumage. On y trouva aussi un bristol censée émaner de la famille en question et adressé à O’Marron : « Sur recommandation de notre ami Canargras, nous sommes heureux de vous inviter avec lui à notre grande fête de Thanksgiving ainsi qu’à notre table. » Invitation évidemment fabriquée de toutes pièces par Canargras lui-même. Jugé, il eut beau faire valoir cyniquement que les promesses de l'invitation avaient été tenues, il fut condamné à 20 ans de batterie pour escroquerie et meurtre avec préméditation.  Les parents de l’infortunée dinde se virent remettre par les autorités américaines les os bien nettoyés de leur fille. Mais quand les pompes funèbres leur proposèrent la solution de l’incinération, ils refusèrent énergiquement en disant que le four, elle y était déjà passée.
Reportage de notre correspondante Adèle Blanbec.
Revenir en haut Aller en bas
Charlotte
Maîtrise le sujet
avatar


MessageSujet: Re: Quand canard rime avec dollars    Ven 6 Déc 2013 - 21:30

C'est excellent. Bravo.
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Quand canard rime avec dollars    Sam 7 Déc 2013 - 16:52

C'est incroyable la facilité avec laquelle tu rebondis sur une consigne. A chaque fois tu nous offre une véritable nouvelle à lire. Et la qualité est toujours au rendez-vous salut bas 

_________________
Admi.....ratrice de vos mots!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand canard rime avec dollars    Sam 7 Déc 2013 - 17:05

Ton maquereau de Canargras ne s'en sort pas trop mal quand même ! Bon d'accord : il ne fréquentera plus le poulailler de Marie Antoinette pendant un bout de temps mais au moins il est vivant !
Savoureux, Tober !  Wink


Dernière édition par les4vents le Sam 7 Déc 2013 - 17:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Silhène
Maîtrise le sujet
avatar


MessageSujet: Re: Quand canard rime avec dollars    Sam 7 Déc 2013 - 17:13

Belle trouvaille ! La justice a été clémente, je trouve, le canard aurait pu être gavé et finir en foie gras, confit et graisserons  Twisted Evil

un as du Quai des orfèvres, le célèbre Commissaire Magret   mort de rire
Revenir en haut Aller en bas
trainmusical
Festoyeur
avatar


MessageSujet: Re: Quand canard rime avec dollars    Mer 11 Déc 2013 - 9:28

Comme l'écrit Cassy, je suis également admiratif de la qualité de ta plume, dans toutes les situations.

 quel talent ! 

Tobermory a écrit:
En raison du côté sensible de l’enquête, elle fut confiée à un as du Quai des orfèvres, le célèbre Commissaire Magret.
Excellent  mort de rire 
Revenir en haut Aller en bas
Nerwen
Modératrice
avatar


MessageSujet: Re: Quand canard rime avec dollars    Mer 11 Déc 2013 - 16:20

Les péripéties s'enchaînent, les jeux de mots fusent et on se laisse prendre avec bonheur en se demandant où tu veux nous mener. C'est excellent !  salut bas 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand canard rime avec dollars    

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand canard rime avec dollars
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» quand passion rime avec peur...
» Protection rime avec manque d'inspiration ?
» Jeu des mots qui rime avec Simon
» Nouveau compact Canon : quand Ixus rime avec luxe...
» Imbroglio toys vintage improblabes ! Quand erreur rime avec mélange

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kaléïdoplumes 2 : 2010 / 2013 :: -- ESPACE ECRITURE -- :: Ecriture sur consigne :: Consigne 280-
Sauter vers: