Kaléïdoplumes 2 : 2010 / 2013


 
PortailAccueilFAQMembresRechercherS'enregistrerConnexionArchives 2008/2009L'arbre kaléïdoLe Blog des kaléïdoplumiensKaléïdoplumes sur Facebook
L'aventure continue sur Kaléïdoplumes 3 

Partagez | 
 

 Au large...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nerwen
Modératrice
avatar


MessageSujet: Au large...   Jeu 26 Déc 2013 - 17:42

La nuit allait tomber quand le perroquet se mit à s'agiter. Jos se redressa brusquement sur son hamac. A la fin de sa bordée, recru de fatigue, il était tombé comme une masse dans le « branle » qu’il partageait avec un vieil ivrogne, à raison d’une demi journée chacun. Ce perroquet était une vraie calamité aux yeux de Jos, il s’agitait toujours au mauvais moment. Aujourd’hui, par exemple, le jeune homme sortait d’un rêve qui l’avait emporté dans la poterie maternelle, là-bas au pied de la Citadelle. Les briques roses et la vieille treille de sa maison natale lui manquaient parfois… Il lui avait semblé entendre encore les récriminations de sa mère. La dernière dispute qui les avait opposés lui revenait souvent dans son sommeil : elle espérait lui voir reprendre le métier alors que, lui, ne rêvait que navires et courses lointaines… D’ailleurs, Dieu n’avait pas tardé à exaucer son désir, Dieu ? A moins que ce ne soit le diable !

Quelques mois plus tôt, alors qu’il musardait sur le port perdu dans la foule des gens affairés, respirant à pleins poumons l’odeur de la marée et admirant les voiliers qui se balançaient doucement, il avait été abordé par un individu plutôt louche, au fort accent espagnol, qui lui proposa un doublon pour le conduire au Chat d’Argent. Le Chat d’Argent était une taverne mal famée située dans les bas-fonds de la ville. Jos n’y était jamais entré — sa mère lui aurait arraché les yeux — mais la vue de la pièce d’or dans la paume crasseuse de l’homme le décida à accepter de l’accompagner là-bas.
A peine arrivés à l’entrée du bouge, Jos s’était proprement fait assommer par un second individu qui attendait, tapi dans l’ombre…

Beaucoup plus tard, il s’était réveillé, jeté à plat ventre, les mains attachées derrière le dos, dans un endroit sombre et mal odorant. A peine avait-il retrouvé ses esprit, que le plancher prit une inclinaison bizarre et que, ne pouvant utiliser ses mains pour s’accrocher quelque part, il glissa lentement, heurtant une cloison en bout de course, avant de repartir en sens inverse jusqu’à la cloison opposée. Des cris au-dessus de lui et des claquements répétés lui indiquèrent immédiatement où il se trouvait et son cœur fit un bond dans sa poitrine. Un bateau ! Il était à bord d’un bateau en partance, ou, déjà parti !
Jos ne cria pas, il attendit patiemment en essayant vainement de trouver une position plus stable. Il avait entendu dire qu’en cas de besoin, des capitaines peu scrupuleux recouraient aux enlèvements pour compléter leur équipage. Il eu une pensée fugitive pour sa mère, mais l’excitation que lui causait sa nouvelle situation, fit, qu’il ne s’y attarda pas.

Au bout d’un temps qui lui paru interminable, un homme grand et sec, vint confirmer son intuition et le mettre devant cette alternative : ou il acceptait de servir à bord, ou il serait jeté à la mer et il pourrait toujours essayer de rejoindre la côte à la nage… L’homme partit d’un grand rire et attendit sa réponse. Jos n’hésita pas, il rêvait tant de devenir marin !

Ses premières expériences à bord du Flying Dragon furent éprouvantes, mais petit à petit, Jos s’endurcit, il s’habitua aux tâches pénibles, à la nourriture infecte, à la promiscuité qui régnait dans l’entrepont. Lors d’un de ses rares moments de repos, il avait lié d’amitié avec ce perroquet qu’il vouait ce matin à tous les diables, mais qu’au fond, il aimait bien. Réussissant même à lui apprendre une phrase que le volatile répétait à loisir pour la plus grande joie des hommes de l’équipage tant elle tranchait avec le chapelet d’insanités qui constituait le répertoire habituel de l’oiseau : « Jos, est un bon garçon ! »
Oui, Jos était un bon garçon, sa mère le répétait souvent quand elle parlait de lui.

Jamais il n’oublierait le moment où, pour la première fois, il était monté sur le pont du schooner : il s’était dirigé à l’avant du navire, plus rien n’existait pour lui, que les embruns qui lui fouettaient le visage et les cris des matelots en train de manœuvrer. La GRANDE Aventure s’ouvrait devant lui ! Il se retourna et leva les yeux.
Là-haut, au sommet du grand-mât, flottait, le Pavillon Noir !
Revenir en haut Aller en bas
Amanda
Modératrice
avatar


MessageSujet: Re: Au large...   Ven 27 Déc 2013 - 10:38

Ton Jos me fait penser à Marius de Pagnol ( sans Fanny)...

Enfin, il a trouvé un bon compagnon avec ce perroquet qui remplace un peu sa maman...

Quand à la chute affraid 

Cette histoire demande une suite...

Vite !

Bonne année, Nerwen ! flower 
Revenir en haut Aller en bas
Silhène
Maîtrise le sujet
avatar


MessageSujet: Re: Au large...   Ven 27 Déc 2013 - 18:40

Le fils de potière devenu pirate malgré lui, la consigne t'a embarquée sur ses flots, et nous en profitons par ta belle histoire.
Tout comme Amanda, j'aimerais aussi savoir que va devenir ce matelot, et quel destin tu lui réserves

 bravo! 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au large...   Lun 30 Déc 2013 - 13:56

Jos aurait sans doute rêvé d'un autre genre de bateau mais qu'importe : l'aventure est au bout du chemin. Une histoire bien racontée avec une bonne chute.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au large...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au large...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» que se passe t il ? la page est plus large que mon écran !
» Quel HTC à le plus large écran ?
» Mode panoramic plus large que 28mm ! comment çà marche? (G1)
» pneus en 15 pouces de large
» Cardans FLM du kit large.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kaléïdoplumes 2 : 2010 / 2013 :: -- ESPACE ECRITURE -- :: Ecriture sur consigne :: Consigne 282-
Sauter vers: